jeudi 17 décembre 2009

Oyez l'histoire de Tata-qui-pique

(NOM NOM NOM)


Ça y est, c'est la fête, sonnez trompettes, battez tambours, cette nuit il a neigé à Kettering.


A priori, c'était quelque part entre trois heures et trois heures un, et il a neigé au moins deux flocons, si l'on en croit les voisins très inquiets (ils se demandent s'ils pourront conduire jusqu'à leur boulot dans cette avalanche).
(Le plus triste c'est que j'exagère même pas)

Donc c'est l'avis de tempête dans les East Midlands, mais faut dire aussi pour leur défense qu'ils ont pas trop l'habitude d'avoir de la neige, climat océanique et tout ça. Tandis que moi, je viens de la montagne, dans le jardin de mon père on a quarante centimètres par hiver et ça empêche personne de se rendre sur son lieu de travail. (Des fainéants, ces Anglais, voilà la vérité ! Comme leurs gamins !) Du coup je suis difficilement impressionnable par des températures aussi extrêmes que moins deux degrés, et trois flocons qui se battent en duel (cette phrase n'est pas juste, je sais, mais bon j'allais dire quoi ? "Ils se battent en truelle" ?)


En plus, moi j'adore la neige à peu près autant que le petit lapin de la légende indienne. (Pas les Indiens "On a des Mac Do qui servent que des burgers sans bœuf", les Indiens "venez dans nos casinos, on paye pas de taxes")


(Là, c'est le moment où tu comprends que tout ce début d'article n'était que du remplissage pour t'annoncer la super légende qui suit.)


Il y avait un jour un petit lapin. Mais comme c'était l'aube des temps, il avait pas la forme qu'on lui connaît maintenant (c'est parce que les Indiens aiment bien inventer des histoires loufoques pour expliquer pourquoi la taupe est aveugle et l'ours est poilu, etc.).

Le lapin, donc, avait une longue queue très touffue, encore plus longue et touffue que celle d'un écureuil, et il en était très fier.


(Et à ce moment de l'histoire, si on a un poil de connaissances en anatomie lapinesque, on peut imaginer que dans pas très longtemps il y aura une couille dans le potage.)


Le lapin aimait quand même un truc au monde plus que sa queue (nous voilà rassurés), et ce truc c'était la neige. Le mec toute l'année il faisait rien que d'attendre l'hiver, peut-être qu'il était la réincarnation de Luc Alphand, on sait pas.
En tout cas, cette année-là, l'hiver tardait à venir.

Le petit lapin commence alors à faire des bonds dans tous les sens et à implorer le Grand Esprit : "Grand Esprit, Grand Esprit, vas-y fais pas ta pute balance la sauce !"
Le Grand Esprit, touché et ému par la prière du lapin (on voit qu'il y avait pas beaucoup d'hommes sur terre à l'époque, si le Manitou il avait rien de mieux à faire que d'exaucer les voeux des rongeurs) le Grand Esprit envoie de la neige sur le lapin.

Tout heureux, le lapin bondit de plus belle et se vautre dans la neige avec bonheur et volupté. Mais ça ne lui suffit pas, alors il continue de courir en cercle et réclame plus de neige au Grand Esprit.


(Dans mon livre de contes et légendes ça continuait comme ça pendant trois pages, mais je t'abrège parce que t'es intelligent.)


Le Grand Esprit fait neiger tant et si bien que, quand tombe la nuit, la neige a tout recouvert. On ne voit plus que les sommets des très hauts sapins qui dépassent du manteau blanc, et le lapin, infatigable, qui gambade toujours, il avait dû manger des piles Duracell au petit déjeuner.


Finalement, le lapin s'endort, calé entre les branches d'un arbre. Mais, comme il était trop fatigué, il a oublié de dire sa prière de remerciement au Grand Esprit. (Ah ça pour courir le guilledou dans la poudreuse, y'a du monde, mais quand il s'agit de dire merci, c'est un autre son de cloche.)


Là, le Grand Esprit se fâche, et on le comprend bien. C'est quand même généralement une bonne poire en temps normal, alors il aime pas trop qu'on se foute de sa gueule. Du coup il décide de reprendre toute sa neige d'un coup.
(Comment il fait ça, l'histoire le développe pas. Est-ce qu'il fait pleuvoir des boules de feu pour faire fondre la neige ? Est-ce qu'il augmente la température de soixante degrés ? Est-ce qu'il a un bouton "rewind" comme sur les cassettes vidéo d'antan, et ça fait remonter toute la neige dans le ciel ?)

Toujours est-il que, le matin, le lapin (a tué un chasseur-euh) se réveille tout en haut de l'arbre ! C'est la sère-mi pour notre pauvre
lagomorphe ! Que faire pour redescendre ? Il pourrait essayer d'attraper un aigle par la peau du cou et d'espérer qu'il se pose. Il pourrait prendre un écureuil volant en otage et détourner le vol jusqu'à Cuba. Il pourrait aussi demander humblement pardon au Grand Esprit et voir ce qui se passe. Mais non, il décide de descendre par lui-même, par la force de ses petites pattes (et on lui souhaite bien du courage).

La descente dure plusieurs jours. Oui, plusieurs jours, peut-être qu'à cette époque, les arbres avaient moins d'obstacles pour pousser, ou peut-être que la terre était plus fertile grâce à toutes les carcasses de bisons (ce qui voudrait dire que Buffalo Bill était en fait un super bon jardinier). Quoi qu'il en soit Lapinou met des plombes à descendre de son séquoia.


Et, alors qu'il était relativement près du sol, son pied dérape sur les branches encore mouillées de la neige de la veille. Et sa queue reste prise dans les branches !
Notre petit lapin se débat dans tous les sens pour dégager sa queue, sa belle queue touffue, son orgueil, sa fierté et sa joie de tous les instants. Mais sans doute qu'il avait été manufacturé en Chine, parce qu'avec tous ces gigotements, voilà-t-y pas que sa queue se décroche de son popotin.

(A ce moment du conte, on réalise que l'Indien qui a inventé cette histoire s'était fait chambrer dans les douches communes et qu'il prenait une revanche mesquine.)


Le lapin choit donc de son perchoir, et comme c'est toujours marrant d'en rajouter une louche, il se fend méchamment la lèvre en atterrissant sur un caillou pointu.
C'est depuis ce jour-là que le lapin a une petite queue et un bec-de-lièvre.

Morale de l'histoire : je sais pas trop, en fait. De premier abord, ça semble être dans les lignes de "Ne déconne pas avec Grand Esprit, c'est un malade, il va te punir en te coupant la queue, c'est Jack Bauer". Mais c'est peut-être une ode cachée à la gloire de ceux qui ont des petites queues et qui se la ramènent pas.




Bonnes vacances à tous, et Joyeux Noël !

7 commentaires:

  1. Ooh mais c'est meûgnon cette histoire (c'est meûgnon juste parce qu'il y a un lapin, parce que l'histoire de sa queue qui se décroche et de son nez qui se fracasse sur un rocher, c'est un peu moins mignon tout de suite).
    Bref.
    [Ah oui, ici aussi il a neigé, et c'est tellement dangereux la neige qu'il faudrait que le Papa Nowel m'offre des chaussures à crampons, histoire que j'arrive à marcher. Merci.]
    Joyeux noël à toi aussi :)

    RépondreSupprimer
  2. C'est tout simplement l'une des meilleures légendes. Je ne la connaissais même pas. (pour le passage "toute la neige évaporée en une nuit", je penche pour la théorie des boules de feu, ça fait plus stylé en ce qui concerne le Saint Esprit, tout ça)
    Joyeux Noël, Frohe Weihnachten, Merry Christmas ! Batifole bien dans les deux millimètres de neige de Kettering !

    RépondreSupprimer
  3. (C'est pas vraiment le "Saint" Esprit, plutôt le "Grand" Esprit, mais en tant que païenne, c'est un peu la même chose pour moi)

    RépondreSupprimer
  4. J'adore, j'adore, j'adore ! Toute cette histoire de petites queues m'a bien fait rire ! Et je ne connaissais pas cette légende à la Yakari.
    Merry Christmas à toi aussi !
    (en Normandie aussi on a de la neige, une dizaine de centimètres, mon Dieu on n'est pas habitué, c'est la panique pour sortir.. Mais c'est beau !)

    RépondreSupprimer
  5. Saveur subjonctif, une emmerdeuse.20 décembre 2009 à 10:56

    Si si se battre en duel on veut bien. Imaginons alors qu'ils font un tournoi. A rencontre B. Puis C. Enfin B contre C. Terminus.

    RépondreSupprimer
  6. Se battre en truelle, j'en ai postillonné de rire sur mon écran tout neuf. C'est ta faute, t'abuses ! <tout comme l'explication sur le type d'indiens dont tu parlais.

    RépondreSupprimer
  7. Infatuation casinos? allow this latest [url=http://www.realcazinoz.com]casino[/url] lodestar and wing it humiliate online casino games like slots, blackjack, roulette, baccarat and more at www.realcazinoz.com .
    you can also discontinuation our fashionable [url=http://freecasinogames2010.webs.com]casino[/url] orientate at http://freecasinogames2010.webs.com and increase realized folding primed !
    another fashion [url=http://www.ttittancasino.com]casino spiele[/url] acreage is www.ttittancasino.com , in the seminar of german gamblers, blurt old-fashioned in unrestrained online casino bonus.

    RépondreSupprimer