mercredi 26 août 2009

rêve


J'étais avec Sarah et un mec qui était notre ami. On habitait tous les trois dans une maison qui était censée être ma maison de Kaysersberg (sauf que pas du tout).


Et y'avait un petit chaton noir tout mignon, il se faisait mordre par une tarentule, et il allait pas bien. On voulait le soigner, et il miaulait, et d'un seul coup on a vu qu'il y avait des mandibules qui lui sortaient de la bouche. On le foutait dehors parce qu'on avait la trouille, et il mutait jusqu'à se changer en une énorme tarentule qui voulait prendre possession de nos corps.

J'arrivais à aller chercher Sarah, on s'apprêtait à partir, mais à la dernière minute on se souvenait qu'on avait laissé notre pote dans la chambre du haut. Alors on montait le chercher, et on appelait son nom, mais quand il se tournait vers nous, on voyait que ses yeux étaient devenus tout noirs, et qu'il avait le crâne ouvert et que sa blessure était toute noire et grouillante.


Ensuite, il nous poursuivait pour nous infecter, alors on fermait toutes les portes à clef et on allait dehors. Et là c'était comme dans les films d'horreur, quand tu t'arrêtes pour reprendre ton souffle et que le gars surgit derrière toi. Ben il a surgi derrière moi et il m'immobilisait avec ses bras pour me manger le cerveau, et je hurlais Sarah putain aide-mloi fais quelque chose.


Là Sarah elle allait vers le billot à bois et elle me lançait une hache, je l'attrapais et je lui explosais le crâne par-derrière (trop fort).


Ensuite on voulait prendre la voiture pourt aller très haut dans la montagne, on voulait embarquer une vieille voisine, mais au dernier moment on voyait qu'elle avait une sorte de gangrène purulente à la jambe, donc on débattait du bienfait de lui amputer la jambe à la hache
sur-le-champ pour pas qu'elle se transforme, mais finalement on préférait la laisser là (quelle bande de crevardes).

Et puis on montait très haut dans la montagne, et là on allait chez le coiffeur.


Après cette pause, on continuait à fuir les tarentules parasitaires (faudrait surtout pas perdre de vue les priorités vitales, hein) et on rejoignait une communauté de survivants qui habitaient très haut dans la montagne, on aurait un peu dit les Pyrénées. Et on était six, dont Sarah, moi, et Mike de Desperate Housewives.


Et ensuite on trouvait des oeufs de tarentule dans le bouchon d'une bouteille de whisky, alors il fallait détruire tout l'alcool, et les mecs faisaient la gueule. Et ensuite y'avait une espèce de nana super-prout-prout qui voulait pas qu'on boive de base, alors elle faisait tellement la gueule qu'elle partait pas à la chasse avec Mike de Desperate Housewives.


(Oui parce qu'on s'organisait comme ça : en roulement, y'avait deux personnes qui chaissaient, deux qui cueillaient des trucs comestibles, et deux qui restaient à la maison : l'un faisait des rondes autour de la maison, l'autre restait dedans et s'occupait des bébés, parce que oui, y'avait des bébés sortis de nulle part)


Du coup Mike savait pas qu'il était tout seul à la chasse, il pensait que la connasse assurait ses arrières, et il prenait un arc et des flèches en bois et il tirait sur un gorille.


(Parfaitement, un gorille des Pyrénées).


Mais comme il était tout seul et qu'il avait qu'une arme de merde, le gorille lui savatait la gueule.


Le pauvre. Déjà qu'il tombe dans le coma dans la saison 3.

lundi 24 août 2009

Je suis une warrior qui ne craint pas la mort.



Je sais jamais quoi offrir à Professeur Flaxou. Les trois Noëls et les trois anniversaires qu'on a fêtés ensemble, je lui ai offert peut-être deux cadeaux qui lui ont plu. Y'avait une chaînette qu'il a perdu et y'avait ce qu'on a fait mercredi dernier.


(Haaan Tindomerel va nous raconter des choses sexuelles avec de la chantilly et des menottes).


Non non, remonte ton pantalon jeune pervers, c'est pas ça.


Mercredi avec Professeur Flaxou, on s'est levé, on a rangé sa chambre, on a mangé des tomates, on a pris ma voiture pendant une heure et demie sur des routes de montagne raides comme ça :

- C'est bizarre, la voiture elle recule. Oh tiens une voiture qui arrive dans l'autre sens ! Je pensais que c'était une route à sens unique dis donc.


En fait, dans la montagne, toutes les routes sont à sens unique. C'est pour ça qu'il y a la place que pour une seule voiture à la fois. C'est juste que les gens font n'importe quoi. Je sais pas, ils sont peut-être censés revenir à pied, ou à dos de chèvre, en tout cas ils font n'importe quoi et ensuite on doit se jeter dans le fossé pour réussir à se croiser sans arrachage de rétroviseurs.


Donc on a continué à rouler jusqu'au lac de Pierre Percée, on croyait qu'on était arrivés mais en fait il fallait encore faire tout le tour du lac sur des routes de terre sinueuses. Ensuite on est passés devant le "Parking des blaireaux" (véridique!) et on s'est dit aha on tombera pas dans le piège. Et puis on s'est garés plus loin, sur un autre parking à blaireaux, et on est arrivés en haut de la montagne, au milieu de gens vêtus de baudriers qui sautaient d'arbre en arbre en poussant des cris de singe.


Je suis allée donner mon certificat cadeau "meilleurs voeux 2008" au mec de l'accueil, en sifflotant, l'air de non non c'est pas périmé du tout pourquoi vous dites ça ?
Et puis on est allés attendre un mec près d'une grande plate-forme en bois qui surplombait la montagne, le lac, les sapins, un peu tout en fait parce qu'on était assez haut.

Le mec est arrivé, il nous a fait mettre un harnais dans le dos, un harnais sous les cuisses, et des machins aux chevilles (tu sais comme quand le médecin du travail il prend ta tension, un truc à scratch tout pareil).


Et puis c'est allé très vite.


Le mec m'a dit venez par ici mademoiselle, et j'ai marché jusqu'au bout de la plate-forme. Il m'a passé un mousqueton et une corde au ventre, et il m'a attaché les pieds ensemble.

Et là il m'a montré une toute petite planche qui partait dans le vide et il m'a dit marchez là-dessus.
Bon moi je suis pas folle, j'ai dit aha vous croyez c'est chez les pirates ici, vous voulez ma mort espèce de sadique, je vous colle un procès au cul sale pervers.

Il m'a dit allez plus vous attendez et plus vous aurez peur.
J'ai avancé sur la planche un petit peu, j'ai regardé en bas, et y'avait du vide tout autour de mes pieds.

- Allez avancez encore mademoiselle.

(Mais connard y'a plus de planche !)

- Il faut que vous ayez les orteils dans le vide.

(Appelle-moi jambon !)

- Plus vous attendez et plus vous aurez peur.

(Trop tard, enculé.)


Là il m'a dit de regarder droit devant, il a saisi une poignée dans mon dos, il m'a dit je compte jusqu'à trois et je vous lâche.


Il a compté, et je suis tombée, la tête la première, dans le vide.


Pendant environ une-demi seconde mon cerveau m'a tenu à peu près ce langage :


- Oh ben qu'est-ce qui se passe ? Tout est à l'envers dis donc ! Comment cela se fait-il ?


Ensuite il a compris que j'étais en train de foncer vers le sol et que j'allais mourir, alors il m'a dit de hurler, on sait jamais, des fois que la puissance de mon cri fasse des vibrations qui ralentiront ma chute. (C'est possible, j'ai vu ça une fois dans X-Files.
)

Donc j'ai hurlé, et puis crois-moi ou pas, mais je me suis arrêtée juste avant le sol, et puis tellement mon cri était fort, je suis repartie en arrière.


Bon, ça avait peut-être quelque chose à voir avec le gros élastique attaché à mes chevilles.

Mais ils n'ont aucune preuve.






PS : Professeur Flaxou me fait bien rire :


- Je vais faire le saut de l'ange.

- Si t'arrives à tomber la tête la première, ce sera déjà bien, non ?

- Oh eh, tu me prends pour qui ? J'ai fait dix ans de natation quand même ! C'est ni plus ni moins qu'un plongeoir sans eau.


Seulement, une fois sur le plongeoir en question, il avait l'air nettement moins rassuré. J'aurais bien dit qu'il était tout pâle, mais c'est sa configuration par défaut.
("Mort au soleil !")

Moi j'étais en bas, je venais de ramper hors du filet après avoir accidentellement décroché le mousqueton qui tenait l'élastique en place :


- Heu mademoiselle, c'est pas censé se décrocher ça.

- Oh ? Ah je me disais bien qu'il était dur...

- ...

- Bon je le remets.

- Vous seriez gentille. On a bien compris que vous vouliez vous débarrasser de monsieur, mais on voudrait pas avoir un procès aux fesses. Jetez-le dans le lac, et on dira rien.


Et puis je m'étais dit oh ben maintenant je vais marcher un peu plus loin. Je me suis levée, et mes jambes ont dit mais ça va pas la tête ? Alors je me suis écroulée dans la poussière comme une grosse patate, et j'ai regardé Professeur Flaxou sauter.


Il a pris un grand élan, l'air victorieux, et... il a passé cinq minutes à sa balancer la tête en bas comme un gros jambon. C'était fort gracieux.


- Ooooh ben alors Flaxounet, le saut de l'ange ? Il était vachement réussi dis donc, t'était gracile comme un cygne, hin hin.

- Très drôle. Et sinon toi ça va ? Tu veux pas marcher un peu ?

- Ta gueule.


On s'est bien amusés.

- Moi au moins j'ai décroché le bon mousqueton.

- Pédé.


(Prochaine étape : le parachute !)

vendredi 21 août 2009

questions in my miiiind



Le rapport de stage est fini !

(Que je suis rapide).

En attendant un vrai article (en cours d'élaboration), voilà les réponses aux questions qu'on m'a posées :

"Tu vas passer une année sur une île, quelle île?"
L'Angleterre, of course !

"Et ta soeur elle fait quoi dans la vie ?"
Elle est co-directrice d'une crèche. Ça a l'air cool comme ça, mais c'est l'arnaque, elle passe quand même sa journée les mains dans le caca de bébé.

"Et tes parents tu les vois ou ça y est t'es une adulte presque indépendante et tu vis ta vie chez les Anglees ?"
Je vis chez ma mère en ce moment, donc je la vois tous les jours. Et je vois mon père une fois par semaine (au moins). D'ailleurs c'est une des raisons pour lesquelles je vais en Angleterre. Parce que sinon, ma mère me laissera jamais couper le cordon.

"Préfères-tu Sheldon ou Howard ? Et pourquoi ?"
Même si l'imitation d'accent indien de Howard me fait mourir de rire, c'est sans hésitation Sheldon ! Parce que j'adore ses mimiques, son imperméabilité au sarcasme, sa tête de Denver le dernier dinosaure. Et aussi parce que son absence de sentiments et sa misanthropie me font un peu penser à Professeur Flaxou.

"L'aile ou la cuisse ?"
Toujours la cuisse !

"Si tu pouvais pratiquer un sport disparu de nos jours, lequel serait-ce ?"
La planche à pirates. Tu sais, dans les films, quand les pirates font sauter les prisonniers dans l'eau en les faisant marcher au bout d'une planche. Ça, ce serait cool.

"Dans quelle partie du Royaume-Uni penses-tu que l'on peut trouver le plus bel accent anglais ?"
Pfouh, alors là je dirais que ça dépend des goûts. Personnellement je suis une fan de l'accent cockney (Est de Londres) et de l'accent écossais (si tu connais James MacAvoy, c'est celui-là).

"Ton épisode préféré de The Big Bang Theory ?"
Han c'est comme de me demander lequel de mes parents je préfère ! (Bon en vérité j'en préfère un mais je dirai pas lequel aha). Alors quand même, l'épisode de Noël et du panier-cadeau-gel douche pour Penny.

"En fait, il fait quoi dans la vie ton Fla ?"
Alors d'abord, ouah, bravo, tu as réussi à résumer mon mec en une ligne, et c'est incroyablement juste. Et sinon, Professeur Flaxou est étudiant en première année de master de microbiologie (je vous avais dit que c'était un scientifique).

"C'est quoi le blog/site que tu suis le plus ?"
Oh y'en a plein, mais ceux où je vais absolument tous les jours, c'est ceux de Boulet, Pénélope Jolicoeur, et Marine the Fouine. Et je suis aussi absolument accro aux Lolcats et au Failblog.

"Quel est ton film préféré, ton réalisateur préféré, ton acteur/actrice préféré(e) et ton livre préféré ?"
Le Seigneur des Anneaux (les trois), Quentin Tarantino, Simon Pegg (épouse-moi et fais-moi des enfants !), Fahrenheit 451.

"J'aimerai bien lire ce que tu écris ou tentes d'écrire( à ton goût) en dehors de ce blog, nouvelles et autre joyeusetés, c'est possible ?"
C'est possible, mais que les trucs qui sont achevés. Et puis je ne les posterai pas sur ce blog parce que ça collerait pas à l'ambiance. Mais oui, si y'a une vraie demande (de plus de deux personnes), pourquoi pas bricoler un système où je pourrais envoyer ça par mail, ou publier ça sur une autre platforme... (Mais y'a pas grand-chose hein, j'écris du blog la majeure partie du temps)

"C'est moi que tu aimes le plus sur la terre ?"
Rien que pour t'emmerder je vais dire non. Ahaha.

"Camembert ou roquefort?"
Ni l'un ni l'autre, je suis pas très fromages moisis qui puent (moi j'aime le PARMESAN !)

"Si tu étais une pâte, quelle serait-elle? (spaghetti, coquillette?) Et surtout, pourquoi? :D"
Je serais une coquillette, parce que c'est des pâtes petites, fun, et chiantes : comme moi !

"Quel est le plat que tu réussis le mieux, celui qui ferait pâlir de jalousie ta grand-mère? (Oui, parce que les mamies, ça cuisine toujours bien!)."
Je fais très bien la tarte à la myrtille et le cake au miel. Mes enfants seront gros.

"Si Le Seigneur des Anneaux n'avait jamais existé, que Tolkien n'étais pas né, serais-tu la même aujourd'hui?"
Sûrement pas. Je pense sincèrement que ça a forgé une partie de mon caractère et même défini une certaine portion de ma vie (entre 15 et 17 ans, du moins).

"Alors est-ce que tu as vu Inglourious Basterds ?"
Oui et je l'ai adoré, il est dans mon top 3 Tarantino. (Et je vais couper tes demandes dans l'œuf en énumérant mes Tarantinos préférés, dans l'ordre : Reservoir Dogs, Pulp Fiction, Inglourious Basterds, Kill Bill volume 1, Boulevard de la Mort, Kill Bill volume 2, Jackie Brown.)

"Quelle était ta matière préférée à l'école/lycée ?"
J'en avais trois ex aequo : anglais, littérature, histoire. (Par contre je détestais la géo, pouah, tous ces fleuves et affluents)

"Quelle est la langue que tu étudies que tu préfères ?"
Le polonais.

"Est-ce que tu as lu les Harry Potter et si oui qu'est ce que tu en penses ?"
Je ne les ai jamais lu. J'ai essayé y'a quelques années, mais j'ai pas pu passer le chapitre trois du premier tome, je trouvais ça trop gamin. Alors j'ai pas insisté.

"Pour mieux cerner ton humour, qui est ton humouriste préféré(e) ?"
Pierre Desproges.

"Quel est le bouquin et le film que tu as honte d'avoir lu/vu mais que tu as aimé ?"
Quand j'avais huit ans, mon film préféré au monde, c'était "Godzilla" de Roland Emmerich. Aujourd'hui encore ça me fait mal d'y repenser. Et sinon, plus récemment, j'ai honte d'avoir aimé "Le journal de Bridget Jones" (le livre).

"Quel est ton personnage préféré dans Le Seigneur des Anneaux et pourquoi ?"
Dans le livre, mon personnage préféré c'est Gollum, à cause de son ambiguité et de sa psychologie très moderne. Dans le film, c'est Faramir, parce qu'il a un côté sombre qu'il n'a pas du tout dans le livre et ça me plaît bien (j'aime les bad boys).

"Quel est l'objet auquel tu tiens le plus et pourquoi ? (Ne me réponds pas Fla ! :D)"
Oh zut ! Non, plus sérieusement, je suis très très attachée aux objets. Pour moi, chaque objet est lié à une personne ou à un souvenir, et comme j'ai une peur pathologique de l'oubli, ça me rassure d'attacher une valeur sentimentale aux objets. Si je devais en choisir un, je dirais ma montre, qui me vient de mon papapa.

"À quoi, les sushis ?"
J'ai jamais mangé de sushis de ma vie.

"Le prénom de ton troisième fils ? de ta deuxième licorne ?"
Trois fils ? Tu veux ma mort ?
Ma deuxième licorne sera une fille (de toute façon y'a pas de licornes mâles) et elle s'appellera Bonnemine.

"Ton parfum préféré ?"
Je mets du parfum environ une fois l'an, mais quand j'en mets, c'est toujours le même : Cinéma de Yves Saint-Laurent. (Tu me prenais pour une prolo ou quoi ?)

"Ça te fait quoi, quand des gens te disent que ton blog est de loin le plus intéressant et drôle qu'ils aient jamais vu/lu?"
Heu en fait ça m'est plus arrivé depuis ma période skyblog. Je suis pas une rock star non plus, faut pas croire, j'ai pas une foule en délire à mes pieds (même si j'aimerais bien). Des fois je suis un peu nostalgique de la folie skyblogstar, avec des milliers de messages en SMS qui me disaient que j'étais géniale, et d'autres milliers de messages en SMS qui disaient que j'étais une salope et qu'ils allaient venir m'assassiner chez moi ce soir et m'arracher les bras. Mais plus sérieusement, chaque commentaire qui me dit "aha j'ai bien rigolé" me fait chaud au coeur et m'encourage à un point que vous n'imaginez sûrement pas. Quand j'ai des commentaires gentils comme ça, je me dis que ce blog, c'est une des choses que je suis fière d'avoir accompli dans ma vie, même si ça paraît ridicule.

"Ton plat préféré ?"
Les pâtes fraîches au pesto rosso.

"L'aliment que tu détestes ?"
Les épinards !

"5 choses que tu hais mais que tout le monde semble aimer ^^"
- Twilight
- Mathilde Seigner (mais ouvrez les yeux, putain, elle joue comme un pied !)
- Anna Gavalda
- Le taboulé
- Les comédies romantiques.

"T'en es où dans Apostasie ? ^^"
Heu c'est-à-dire que je l'ai pas amené en Angleterre, et là j'ai pas vraiment pris le temps de lire, donc...chapitre 2 (j'ai honte). En plus comme je le lis tellement longtemps aprèsle tome 2, je comprends plus rien, j'ai même oublié certains personnages ! (honte à moi) sauf mon chouchou Greg bien sûr ^^ (pitié, pitié, ne le tue pas, je l'aime trop, je veux des enfants de lui.)

"A quel parfum les glaces ?"
Framboise !

"Vil Coyote ou Bipbip ?"
Coyote. J'adore le voir se faire du mal.

"Tom ou Jerry ?"
Jerry, Tom est un peu con.

"Kurt l'ex officiel, ou Stuart le gentil libraire ?"
Hein ?

"Coca light, zéro, normal, ou chaud et dégazé ?"
J'exècre le Coca light et zéro (d'ailleurs je ne vois aucune différence de goût entre les deux) et je dis tant qu'à faire quelque chose de mal, faisons-le bien : Cherry Coke !

"Batman ou Robin ?"
Pfouh, Robin, c'te petite tapette. Nan, Batman pour toujours et à jamais, il peut m'emmener dans sa batcave quand il veut !

"Peter Pan ou the ever gorgeous Captain James Hook ?"
Je suis vraiment pas fan de cette histoire. Mais j'aime bien le crocodile qui fait tic-tac.

"Si il n'y a pas de licornes mâles, d'où viennent les bébés licornes ?"
J'ai bien une réponse mais ça va pas te plaire.

"Et pourquoi la langue que tu préfères c'est le polonais et pas le russe ?? (jme sens trahie, après tout ce qu'on a vécu...^^)"
Oh Schotzala ! C'est juste que, pour une raison très bizarre, le polonais me semble plus facile à apprendre que le russe (peut-être parce que j'ai pas fait de russe depuis un an, merci mon prof soviétique). Mais dès que j'entends parler russe dans les transports en commun, j'ai toujours une pensée émue pour toi et nos aventures folles à Moscou et Piter ! (Eh si on marchait jusqu'à la ligne rouge ? Ca doit pas être bien loin ! Oh un chien enragé, je vais lui faire un bisou ^^)

"Alors, comment expliques-tu le fait que tu sois apparue avec Sarah dans mon rêve cette nuit ?"
J'aime bien me promener quand je dors, ça me détend. J'espère que j'avais pas encore oublié de mettre des chaussures.

"As-tu déjà essayé d'écrire, ailleurs que sur ton blog, une histoire humoristique, plutôt que tragique ou sombre ? Ou bien ne trouves-tu ton inspiration "sérieuse" que dans des histoires pleines de morts et de sang ?"
J'ai essayé une fois, mais c'était un désastre. C'était mou, pas drôle, et ça a fini par devenir déprimant de toute manière. Je suis maudite.

"Et aussi, la plus longue histoire que tu aies écrite, c'était long comment ?"
Une quarantaine de pages Word, et officiellement, je suis toujours dessus. J'y ai juste pas touché depuis trois ans.

"Quel est le type d'article qui te fait le plus de bien à écrire ? Lorsque tu verses dans l'humour ou lorsque tu ouvres un peu les vannes et que tu te livres plus ?"
Je préfère écrire les articles "humoristiques", parce que ça me fait vraiment plaisir de chercher les vannes, de mettre en mots les images que j'ai dans la tête, de tester mes vannes sur moi-même et puis de me faire rigoler toute seule (je suis un très très bon public). Les choses plus intimes et sérieuses, je n'éprouve pas de plaisir ou de soulagement à les écrire, c'est juste qu'il faut que ça sorte. C'est une manière d'écrire totalement différente, c'est comme si je n'avais plus vraiment le contrôle de moi-même. (C'est peut-être aussi pour ça que mes histoires sérieuses ne tiennent jamais la distance : je les commence sur une impulsion, parce que j'ai quelque chose qui me ronge et qu'il faut que je l'écrive, mais ensuite, ça retombe comme un gâteau sans levure). Donc paradoxalement, je travaille plus les articles humoristiques, ils sont beaucoup moins spontanés mais je trouve ça plus satisfaisant au final.

"Est ce que tu n'appréhendes pas plus le jugement et nos commentaires dans ces articles ou tu te livres que dans ceux ou tu plaisantes ? Je dis ça parce que parfois dans ce genre d'articles, on dirait que tu t'excuses de te livrer aussi franchement à nous :)"
C'est surtout que je m'excuse de raconter ma vie ! Ça peut sembler très bizarre parce que je fais jamais vraiment rien d'autre, mais l'humour met une distance énorme. Quand j'écris des choses plus intimes, c'est comme si j'étais à poil devant vous, les jambes sur les étriers du fauteuil de gynéco. C'est vraiment une sensation de dévoilement total que je n'ai pas du tout avec les articles "rigolos". Mais les commentaires, je ne les appréhende jamais, parce que je sais que vous êtes des gens bien (non, vraiment !) et que je n'ai jamais eu de critiques du style "oh vas-y comment tu prends la tête, raconte-nous des blagues ça c'est nul". Du moins, plus depuis Skyblog.

"As tu déjà fait une colonie d'escargot ?"
Non mais quand je dis que je suis une malade mentale, j'exagère un peu, hein. Faut pas forcément me prendre au pied de la lettre. (Et puis si j'avais une colonie d'animaux, je prendrais des animaux cool, genre des loups. Plus difficile à dresser, mais plus valorisant.)

"As tu des trous dans tes chaussettes ?"
Oui, tout plein ! (Je passe ma vie à me promener sans pantoufles)

"As tu déjà fantasmé sur le père d'un (ou d'une) de tes ami(e)s ?"
Quand je dis que j'aime les vieux, c'est les vieux genre Aragorn, Indiana Jones ou Docteur House. Les pères de mes copines, hélas, n'ont jamais ressemblé à ce type de personnages. Ils ressemblaient tous à des papas normaux, donc un peu tue-l'amour, forcément (sauf si on est Oedipienne à fond la caisse, ce qui perso n'est pas ma cup of tea).

"Quel est ton défaut préféré ?"
Chez moi ou chez les autres ?
Chez moi c'est la gourmandise, chez les autres c'est la curiosité.

"As tu déjà mangé de la nourriture pour animaux ? (Et si oui, quoi ?)"
Une fois j'ai goûté les croquettes de mon chat. Il a des croquettes spéciales de chez le véto qui coûtent une fortune (parce que les autres croquettes lui donnent des problèmes de rein, nan mais j'vous jure) alors je me demandais si elles étaient meilleures vu qu'elles coûtaient mille fois plus cher que celles du Super U. Ben c'est pas à vomir, mais j'en mangerais pas à l'apéro.

"Bon et à part ça tu pars quand en Angleterre ?"
J'ai acheté mes trois billets de train ce matin (TGV Colmar-Paris, Eurostar Paris-Londres, East Midland Trains Londres-Kettering) et c'est confirmé, je pars le 29 septembre ! Donc si vous voulez me rencontrer sur Colmar, c'est encore possible, et si vous voulez me rencontrer à Paris le 29 septembre en gare du Nord entre 18h30 et 19h, c'est possible aussi !

"Si un lecteur te retrouve sur Facebook, ça te fait flipper?(wink wink)"
Dans la mesure où j'ai jamais donné mon nom de famillle, oui, un peu ^^ (mais toi je te l'avais donné alors ça compte pas)

"Si on organise une réunion de fans de Tindomerel, tu viens ou tu flippes ?"
Bah je viens, mais on sera genre trois, alors ça risque d'être un peu mort(Un jour, vous réaliserez que je ne suis pas tellement populaire). Enfin je peux toujours emmener Sarah, techniquement elle fait partie de ma fanbase (enfin Sarah c'est un peu ma fanbase à elle toute seule)

"Quelle question faudrait-il te poser pour apprendre quelque chose de vraiment intéressant sur toi ?"
Selon moi, pour comprendre quelqu'un vraiment bien, il faut passer du temps avec IRL (oui je sais, c'est chiant, le soleil, l'air frais, la lumière, tout ça). Mais (toujours selon moi), on peut se faire une bonne idée d'une personne si on connaît ses pires peurs, ce qu'il aime manger, et le genre de personnes avec qui il traîne.
Sinon, pour apprendre quelque chose de vraiment intéressant, demande-moi si j'ai des super-pouvoirs.

Quel est ton modèle de perceuse Black&Decker préférée? (tu l'as cherchée, celle-la :P).
D'ailleurs, es-tu du genre bricoleuse?
Bon je l'ai un peu cherché. Je bricole pas en dehors du basique de chez méga-basique (étagères Ikea, branchements du PC ou de la télé, remise en place du disjoncteur - si si, ça compte comme du bricolage). Mais dans la mesure où chaque instrument tranchant ou perçant est une menace de mort pour moi, je reste à l'écart des perceuses. (Avant-hier j'ai utilisé le seul couteau qui coupe de la maison, sous la supervision de ma mère, et je me suis tranché la moitié du pouce. Quand je regarde mon pouce de profil y'a un trou. Véridique)

Quelle est ta saison préférée?
Je les aime bien toutes, je suis pas saisonniste (raciste des saisons). Mais peut-être quand même le printemps.

Si tu étais une déesse grecque, qui serais-tu?
Artémis, parce qu'elle a trop la classe et qu'elle vit dans la forêt. Ou bien Athéna parce que c'est une super-intello, mais elle se la pète un peu trop quand même.

Tu peux nous dire tous les noms que tu voudrais donner à tous les animaux que tu aurais pu avoir ou que tu auras?
Heu, non. Je pense pas à des noms d'animaux avant d'avoir l'animal en face de moi. Mais vu que ça a l'air de te passionner comme sujet (ces gens sont fous !) je te donne les noms des animaux que j'ai eu : Réglisse (chat), Zébulon (chat), Frimousse (chat), Riton (hérisson - oui bon techniquement il n'était pas à moi, mais j'ai eu le temps de le nommer). C'est pas que j'aime particulièrement les chats, c'est que j'ai jamais eu droit à rien d'autre.

Le lapin, toujours d'actualité?
Dès que je reste en France plus d'un an (j'ai pas envie de le trimballer je ne sais où, et Professeur Flaxou voudra pas le garder, et si je le mets chez ma mère mon chat le mangera, c'est un sociopathe mon chat)

Les enfants, t'en penses quoi?
C'est mignon cinq minutes mais ça pleure beaucoup quand même.

Le mariage, t'en penses quoi?
J'aimerais bien me marier un jour, personnellement. Mais après je comprends les gens qui n'en voient pas l'intérêt.

Et le PACS?
Ecoutez faites ce que vous voulez, les enfants, moi je m'en fous. Perso, je trouve le mariage plus symbolique, alors j'aurais pas envie de me pacser si je peux me marier (c'est pour ça que je trouve naze le fait que les homos peuvent pas se marier. Ou adopter d'ailleurs. Comme le dit si bien Professeur Flaxou, "Je vois pas pourquoi ce seraient toujours les hétéros qui devraient trinquer ! Y'a pas de raison que ce soient toujours les gays qui aient la belle vie ! Déjà qu'ils peuvent coucher quand ils veulent !")

"Quelles sont tes pires peurs ?"
Les araignées, les zombies, les bruits dans le noir, l'eau profonde, l'oubli.

"Qu'aimes tu manger ?"
De la viande et des patates.

"Avec quel genre de personnes traines tu ?"
Des geeks, des asociaux, des échappés d'asile (ou en tout cas pas loin). Il semblerait en tout cas que j'aime bien avoir des amis qui ont des problèmes. Et que je déteste les gens populaires ou superficiels (pléonasme).

"As tu des supers pouvoirs ?"
Oui. Je peux faire bouger les feuilles des arbres par la force de mon esprit. Et aussi, comme je me suis jamais rien cassé (et c'est pas faute d'avoir essayé), je pense que je suis immortelle (ou du moins invincible).

Si vous avez d'autres questions, posez-les ici et j'éditerai cet article.

A plus, sacs à puces !

lundi 17 août 2009

I'll be your Tarzan you'll be my Jane, I'll keep you warm and you'll keep me sane



Bon, d'accord, je délaisse un peu le blog ces derniers temps.


C'est parce que, telle la cigale, après m'être faite exploiter tout l'été, je me suis dit que j'allais avoir une vie.


Alors je fais des balades dans les Vosges, je fais des expéditions cueillette-de-myrtilles-de-la-mort :


- Une araignée !

- C'est juste une ombre de fougère.

- Menteur ! Je vois sa toile !

- C'est juste...du coton sauvage.


Professeur Flaxou s'est donné cet été la mission de me guérir de mes phobies.


- Regarde, je la prends dans ma main et il se passe rien. Enfin si, toi tu deviens toute verte et tu tombes dans les pommes. Mais à part ça il se passe rien !


Il a pas fini.


Ce week-end on est allés à Colmar-plage (si si, ça existe ! C'est même pas trop mal !) avec Sarah, Flo, et plein de gens qui font du football américain (on sait pas trop pourquoi, ils se sont mis à nous suivre). J'ai commencé à faire un château de sable et puis les gens du football américains m'ont arrosée d'eau pleine de vase et puis ils m'ont recouverte de sable, j'en avais jusque dans la culotte du maillot. Le respect se perd ma p'tite dame.


Et puis y'avait de l'eau et c'était chouette.


- Flaxou ! Regarde ! Je vais jusqu'au menton !

- C'est très bien ma chérie. Viens on nage jusqu'à la bouée.

- Aha t'es un p'tit marrant toi.


Moi je suis plus du genre sécuritaire. Du genre toi tu nages jusqu'à la bouée, moi je te regarde et je te fais coucou quand tu y es arrivé. Ca me va très bien, je m'en fous d'être une femme des années 50.


Mais bon en même temps j'ai bientôt 21 ans et je vais partir un an sur une île. Peut-être qu'il faudrait que j'apprenne à nager. Avec le réchauffement climatique et tout ça, on sait jamais.
Du coup j'ai nagé jusqu'à la bouée, en m'accrochant aux épaules de Professeur Flaxou.

- Oh, toute cette eau ! Viens on fait demi-tour et on va manger des frites.

- Mais nan, regarde on y est presque.

- C'est bon les frites. C'est pas plein d'eau et de poissons vivants dedans. C'est cool. Moi j'aime les frites.


C'est la technique de se concentrer sur autre chose. Mais ça marche pas vraiment, surtout quand on pense qu'avec les frites y'a des moules, et que les moules ça vient de l'eau dans laquelle on est à ce moment-là, tout comme les méduses et les requins mangeurs d'homme. (Je blâme les Belges.)


Mais je suis pas morte, alors tout va bien. Peut-être que c'était l'heure où le monstre mangeur d'hommes de la gravière faisait sa sieste. Peut-être qu'il avait déjà son quota de baigneurs frits à l'huile solaire.




PS :
Et sinon là j'écris mon rapport de stage. Je pense l'intituler :"Vous êtes rien que des sales crevards et à cause de vous j'ai plus une thune", mais j'ai peur que ce soit pas très accrocheur. Enfin c'est toujours mieux que mon précédent titre, "Ces enculés ne m'ont même pas payé mes frais de transport alors que je leur ai fait gagner 1900 livres sterling".

PPS :
Du coup à cause du rapport de stage, le blog est officiellement en vacances jusqu'à ce que j'aie fini. Mais si vous vous ennuyez, vous pouvez me poser des questions dans les commentaires, et je répondrai à tout. Oui vous avez bien lu, à tout !

lundi 10 août 2009

We'll sit in the trees and eat bananas all day



C'est bon, je suis sortie deux fois cette semaine, et j'ai ma dose pour toute l'année.


Faut dire que la Foire aux Vins, ça rend un tout petit peu agoraphobe. (Faut pas avoir honte, Darwin était agoraphobe, et ça l'a pas empêché de se faire détester des évangélistes, un truc dont tout le monde devrait pouvoir se vanter)


Les gens normaux se rendent pas compte.


- Ah nan, moi j'adore la Foire aux Vins. Tu bois du vin, tu jettes les bouteilles par terre, tu fumes des clopes dans la foule, tu transpires un peu à cause de la foule, mais ça va, t'as la tête qui dépasse, alors tu respires.


Bonjour, moi je fais 1m57.
Pile la hauteur d'un dessous de bras. Et là, tout de suite, la perspective d'une foule avinée suant par tous les pores prend une autre saveur. Donc ma soirée Foire aux Vins typique, c'est ça : les gens me renversent du vin sur la tête, ils me trébuchent dessus, ils me marchent sur les chevilles (c'est possible), ils me crament les bras avec leurs clopes, ils me balancent leurs bouteilles dessus. Et ils m'empêchent de respirer. Ça c'est pas de leur faute, mais quand même.


Ma seule récompense aura été un collier de fleurs oranges en plastique (le Jägermeister ça brûle la gorge mais ça a un goût de pain d'épice) et le fait de réaliser que la Foire attire tellement de monde que, même moi, je croise des gens que je connais.


Le reste du temps, j'ai marché en me tenant au sac de Sarah, j'ai fait la sieste dans des canapés d'exposition, j'ai regardé Flo bourré aller parler au chinois qui faisait de l'acupuncture aux gens :


- Eh, la veste blanche, c'est pour faire genre t'es un vrai docteur ?


J'ai essayer de traîner Professeur Flaxou dehors :


- Y'a du monde ! Tu détestes ça !

- Oui. Mais y'a du vin blanc, et j'aime ça.

Et puis j'ai eu des rencontres de toute beauté avec des fleurons de la gent masculine :


- Eh femme ! Tu l'as trouvé où ton collier ?


Je sais pas, t'as regardé dans ton cul ?
Connard.


Donc pourmoi, c'était déjà assez d'interaction sociale avec le reste de la planète.
Seulement, hier soir, c'était le concert de Scorpions. Et du vrai rock'n'roll, si t'es pas dans la fosse, c'est pas vraiment la même ambiance.

T'as pas l'occasion de compter toutes les rides sur les têtes des musiciens, de les voir si proches que tu pourrais presque les toucher, de les admirer dans leurs auras de lumière, si petits et si semblables à des êtres humains de chair et de sang. Et pourtant, tu sens que c'est différent, qu'ils évoluent dans une sphère qu'on ne connaîtra jamais, qu'ils ont un statut qui les rend uniques, presque divins. Le genre d'aura qui pousse dix mille personnes à venir s'incliner à leurs pieds et les acclamer avec toutes leurs tripes.


Ouais, j'aurais manqué ça.


J'aurais aussi manqué le mal aux jambes, l'envie de pisser que tu sens doucement se transformer en bonne vieille cystite de derrière les fagots alors que tu marines dans ta soupe de bactéries en te tortillant dans tes trois centimètres carrés d'espace vital. J'aurais aussi manqué de me faire écraser contre les barrières, et de me faire emmerder par un gros con.

- Oh nan mais arrête de pousser quoi ! Je suis bien d'accord que tu étais là avant et que je t'ai pris ta place en t'éjectant d'un coup d'épaule, mais c'est pas la peine d'essayer de revenir ! Faut grandir un peu quoi ! Moi je suis mature, j'ai quarante-sept ans et je pique la place à des filles d'un mètre cinquante juste pour être devant le chanteur. Prends exemple sur moi.


C'est la faune de la fosse.


- Nan, j'applaudis pas l'avant-groupe. Après il me restera plus assez d'énergie pour applaudir Scorpions. Je reste là et je fais la gueule, comme ça quand ils regarderont dans la foule, ils me verront au premier plan et ils comprendront que je me fais chier.


(Moi de toute façon j'ai toujours pitié de l'avant-groupe. Tu viens chanter devant des milliers de gens qui sont pas du tout venus pour toi et qui prient pour que les vrais stars viennent bientôt. C'est un peu ingrat. Surtout s'ils sont bons.)


J'aurais aussi loupé cette super sensation d'avoir des membres humains gluants qui te touchent de partout, ce super manque d'espace vital qui fait que si t'essayes de bouger, tu marches sur un pied égaré ou une main qui a perdu son IPhone.


Ou encore cette super sensation d'étouffement alors que tu te rends compte que le peu d'air que tu arrives à aspirer dans tes poumons flétris a une odeur qui mélange les dessous de bras des motards allemands quinquagénaires à ta gauche et celle des pets des touristes nourris à la choucroute à ta droite.


Oui, j'aurais manqué tout ça. Et j'aurais aussi manqué la baguette du batteur, miraculeusement récupérée par Professeur Flaxou alors qu'elle volait au-dessus de ma tête.

Professeur Flaxou était auparavant un mec bien. Il est désormais un dieu parmi les hommes à qui je dois une éternelle reconnaissance.


Je vais aller lui faire un gâteau, tiens.


Et ensuite je vais aller m'enfermer avec lui dans sa chambre, fermer les volets, et regarder les deux saisons de Big Bang Theory, en slip dans le noir.

(Oh non. Il est contagieux)

jeudi 6 août 2009

I really think you're groovy, let's go out to a movie



Professeur Flaxou a un cœur de pierre.


Professeur Flaxou ne pleure jamais. Jamais de chez jamais. La dernière fois qu'il était triste, il avait douze ans et il venait de perdre son score sur Tetris.


- Nan mais je sais pas, tu veux dire quoi par "triste" ?
- Ben, triste. Quand tu te sens pas bien.

- Ah, mais j'ai compris ! Tu veux dire "malade".

- Non, triste. Quand tu as le cœur lourd.

- Ah, mais j'ai compris ! Tu veux dire "quand t'as mangé trop de chocolat".

- Non, TRISTE. Quand tu as envie de pleurer.

- Je comprends pas la question.


Professeur Flaxou
a une logique bien à lui.

- Enfin, vu comme t'en parles, ça a pas l'air d'être un sentiment très agréable. Donc c'est mieux de pas l'avoir.


Des fois je me dis que Professeur Flaxou est un robot, ou un extraterrestre. En même temps, il est parfois un peu particulier.


- Si, c'est très facile. Ça ne t'apporte rien d'avoir des sentiments, alors tu les supprimes. Trop fastoche. Moi quand je sens que je vais me mettre en colère, je me rends compte que ça servira à rien, alors j'arrête. Je comprends pas pourquoi tout le monde le fait... pourquoi tu regardes dans mes yeux ?

- Je cherche la loupiote rouge.


Autant dire qu'avec moi, il en apprend long sur l'espèce humaine. Surtout quand on va au cinéma.


- Mais qu'est-ce que c'est que ces choses humides sur tes joues ? On dirait que ça sort de tes yeux ! Tu te sens bien ? Tu veux aller chez le docteur ?


Bon, peut-être que je suis incroyablement pleurnicharde aussi.
Tu vois les films où quelqu'un meurt ? C'est les films où je pleure. Des fois y'a même pas besoin d'une mort. Je peux croire que quelqu'un est mort. Ou alors un animal est mort. Ou alors quelqu'un dans le film est triste. Ou alors y'a une musique avec du piano. Ça suffit.

Maintenant, Professeru Flaxou est rodé. Il regarde le film avec moi, et il voit le passage où Clint Eastwood tombe sous les balles, où Thelma et Louise foncent vers le ravin, où Elephant Man s'endort pour la dernière fois, où Lili réalise que c'est son père qui postait les lettres, où y'a la plage d'Iwo Jima en noir et blanc, où Wall-e a perdu la mémoire.


Là il compte 5, 4, 3, 2, 1, et il se tourne vers moi pile au moment où la première larme déborde et où la première goutte de morve commence à pendre au bout du nez, et il me fait un bisou sur ma joue mouillée pendant que je sanglote "Mais-mais-euh-c'est pas ma fau-hhh-te".




Ça fait trois ans et des brouettes que je suis avec Professeur Falxou. Et durant ce temps, il a eu une énorme influence sur moi.


C'est à cause de lui que je rote la bouche ouverte, que je dis "Non" avec l'air de "oui", que je fais le sourire débile de "je viens de faire une connerie et je suis trop content", que je dis "genre", que je fais des jeux de mots pourris, et je commence même à raconter des trucs sur les méduses.


Et pendant tout ce temps, je n'ai pas réussi à déteindre sur lui. Il a juste adopté les mots "rigolo" et "chouette" que j'utilise à profusion. Mais impossible de faire rentrer quelque chose dans son cerveau. Trois ans que je lui corrige systématiquement tous ses "si j'aurais", et ça continue, je désespère.


Mais hier soir, avec Professeur Flaxou, on est allés au cinéma. On a pris un billet pour "Là-haut". Sarah m'avait dit comment tu vas trop grave pleurer ta mère, alors je m'étais préparée psychologiquement et maquillagèrement.


Mais hier soir, il s'est passé un truc magique.


Pendant que le générique de début défilait, et que je sentais mes larmes déborder et que je sentais mon nez se remplir, j'ai collé ma tête contre le T-Shirt de Professeur Flaxou.


Et j'ai senti une goutte me tomber sur le front.


VICTOIRE.





PS :
- Quand même. Tu décides de pleurer à un film, et c'est un Disney. Comment t'es trop une tapette.


(Si vous aussi vous voulez tester votre sensibilité, cliquez sur le titre)