jeudi 24 septembre 2009

Crise cardiaque dans trois, deux, un


(DERRIERE TOI !!)




Donc les vendanges, c'est fini.

J'ai décidé que j'avais assez de problèmes avec mon auto-mutilation Mario-tesque pour ne pas non plus vivre dans la peur et dans l'angoisse pour six euros trente de l'heure.

L'ambiance était très chouette, tout le monde était gentil avec moi, mon collègue Mahmut a même décidé qu'il prendrait personnellement charge de ma vie amoureuse.

- Toi ti es jolie et tu travailles bien. Ji te trouve un joli fiancé.
- Ah c'est très gentil ça, mais j'ai déjà tout ce qu'il me faut.
- Non non ti as pas ce qu'il faut. Moi je ti présente mon fils. Tu viens à la maison prendre le café et on peut s'arranger pour un mariage de juin. C'i toujours plus joli en juin.

(Moi je trouve quand même ça super gentil. Un peu trop gentil, peut-être, mais c'est toujours ça de pris.)

Mais bon, je pouvais plus. C'est bête, mais c'est comme ça, ma phobie gouverne ma vie, j'abandonne. J'en pouvais plus de passer mes journées la peur au ventre et mes nuits à faire des cauchemars. Je fermais les yeux et je pouvais plus rien voir d'autre, malgré mes tentatives. C'était une lutte permanente entre moi et moi, et c'était le mauvais moi qui gagnait.

- Araignées.
- Chaton.
- Araignées.
- Chatons aux yeux bleus.
- Araignées aux grandes pattes.
- Lapin nain.
- Araignées velues.
- Bébé lapin nain.
- Araignées par millions qui rampent sur ton corps.
- Bébé lapin nain qui fait un câlin à des chatons aux pieds d'un chiot tenu par un bébé avec des lunettes.

Rien à faire. Les araignées ont gagné, voilà, je jette l'éponge, vous avez ruiné ma vie j'espère que vous êtes contentes bande de sales putes.

Et sinon mon papa se moque de moi :

- Alors comme ça on peut pas supporter les petites faucheuses ?
- Eh ben toi... alors d'abord toi hein....

(Mon papa n'a peur de rien, c'était la classe quand j'avais six ans mais maintenant c'est fort contrariant).

- ... T'as une déco de merde !

Oui je sais, c'est l'argument le plus pourri de l'histoire des arguments pourri.

Enfin vous dites ça, mais vous avez pas vu sa chambre à coucher.

Heureusement que la porte est fermée tout le temps dis donc, sinon bonjour les syncopes du petit matin en allant faire pipi, du genre "Ah non mes yeux, mes yeux fondent ! Ce papier peint à rayures vertes orné de fleurs mauves !". C'est bien simple, tu rentres dans la chambre et direct tu t'endors, tellement c'est moche tes yeux sont obligés de se fermer.

Y'a le papier peint qui a lui seul mériterait des volumes d'attention, et puis y'a les super meubles genre récupérés dans une ferme normande du dix-septième siècle. L'armoire a une architecture, disons Stalinienne, on dirait qu'une vache est venue crever sur la commode, et le lit j'en parle même pas. Tu le vois et direct dans ta tête tu penses "vieux". C'est pas un lit pour dormir, c'est un lit pour dicter tes dernière volontés avant la veillée funèbre.

C'est bien simple, y'a tellement de joie qui se dégage de cette chambre que quand tu rentres dedans, tu cherches le cadavre de Madame Bovary.

(Et après on s'étonne que ma belle-mère n'ait pas fait d'enfants, moi je blâme l'ambiance post-médiévale humide et froide du fin fond de la Bourgogne.)

Donc bon, chacun ses tares dans la vie. Moi je peux pas bosser avec des araignées, c'est du racisme animalier, je l'accepte et j'y consens.

Au moins ma maison elle sera décorée avec goût, et avec du papier peint Pokémon.


(Je pense quand même qu'il est temps que j'aille voir un psy.)

mercredi 16 septembre 2009



Je ne sais pas trop ce qui est le pire : que mon copain capable de faire 10h de suite de jeux en ligne se moque de moi parce que je suis une geek, ou de réaliser que mon tempérament quand je perds est resté le même depuis que j'avais quatre ans.

(Chez mon père, j'ai retrouvé des billets de Monopoly en pièces et des cartes des sept familles portant des traces de dents aisément reconaissables)


Tout ça pour dire qu'aujourd'hui j'ai fait un Game Over à Super Mario Bros. Et donc, dans un geste de désespoir et de frustration :

- Naaaaan je me suis fait buter par un pauvre champignon de merde sale pédéééééé !

J'ai violemment mordu dans ma jambe (qui passait par là).

Maintenant j'ai un bleu en forme de dents dans le mollet, et Professeur Flaxou se fout de ma gueule.

Ok donc en fait pas du tout.


Donc j'avais pensé que faire les vendanges ce serait cool.

Après tout je suis Alsacienne dans le coeur et dans l'âme, donc j'aime les vignes, le raisin, le vin nouveau, le muscat (mais pas le Gevurtz parce qu'il râpe).


J'avais compté sur la bonne humeur des vendanges, la convivialité, tout ça.
J'avais pas trop pensé au travail physique.

Je parle pas du travail physique des jambes, des bras et du dos, hein. Ça, je peux le réparer avec une nuit de sommeil et un Dafalgan-jus d'orange.

Non, j'avais omis le travail physique du cœur.


En une journée de huit heures, j'ai frôlé la crise cardiaque dix-neuf fois.


Faut pas m'en vouloir, j'ai grandi dans la montagne, là où on fait pousser que des sapins et des bouleaux, et de temps en temps des buissons de myrtilles.

J'avais oublié que dans les vignes, il y a des ARAIGNÉES.


Donc ce fut une chouette journée, ponctuée par mes glapissements de terreur et mes moments de paranoïa intense :


- Ah ! des pattes ! Une faucheuse ! Ah non en fait c'est une branche. Ah encore des pattes ! Ah non en fait c'est juste une tige de feuille. Tiens, une tige qui bouge. AH, DES PATTES !


Une journée ponctuée également par les rires de mes collègues turcs, qui sont très gentils avec moi quand il s'agit d'écraser lesdits arachnides, mais qui quand même ne sont pas les derniers pour la déconne :


- Madame, faut pas que t'aies peur, regarde c'est une toute petite bête.

- Non c'est bon j'ai vraiment pas besoin de la voir de plus près.
- Ah les français ils ont peur de tout ! Même des petites bêtes !


Aha trop drôle mon vieux. Genre tu vas me faire croire que la nation turque toute entière est immunisée contre la phobie des araignées. (Si c'est vraiment le cas, trouvez-moi un passeport turc, parce que ça m'arrangerait vachement).


Mais rassurez-vous, y'avait pas que les méchants immigrés volant le pain des honnêtes français (et sauvant la peau de l'honnête petite française) pour se moquer de moi, y'avait aussi des gens bien de chez nous.


- Eh t'as un truc dans les cheveux, ça bouge, je crois que c'est vivant.

*moment de pétrification intense genre 1 2 3 soleil*

- Nan mais en fait c'est juste un pépin de raisin.


Je m'esclaffe.




(C'est pas bien de se moquer des infirmes).

vendredi 11 septembre 2009

Souffle tes bougies et fais un voeu.

(Je hais les années 80)
Un an : Je ne sais pas encore ce que sont les anniversaires. Et même si je le savais, mon vocabulaire est encore trop limité pour pouvoir exprimer mon voeu le plus cher : "Arrêtez de m'habiller comme ça !"

Deux ans : Une pelle mécanique. Oui, maman, fais pas cette tête, ça me rendra pas lesbienne pour autant.

Trois ans : Une deuxième pelle mécanique, parce que j'ai cassé ma première en essayant de creuser des trous dans la moquette.


Quatre ans : Un chien. A la place, j'ai eu un chat qui a été ma vie, mon bonheur et ma joie pendant trois semaines, avant de se barrer pour toujours au fin fond des bois, pour vivre heureux avec les écureuils. (Je sens l'arnaque. Surtout que la route nationale passe pas loin.)


Cinq ans : Des livres. Plein de livres, rien que des livres, des livres à m'enterrer dessous, des histoires jusqu'à ce que je me dissoude les yeux. (En même temps ça faisait pas si longtemps que j'avais appris, il fallait bien que j'en profite tant que la passion était encore fraiche). Et aussi une baguette magique pour répandre la joie sur le monde.

(Ca marche pas ! c'est de l'arnaque !)

Six ans : Tuer ma prof de CP avec une hache, et aussi une voiture télécommandée. Je crois que c'est le deuxième jouet que j'aie le plus désiré de ma vie, et sans doute celui dont j'ai pris le plus soin (Je l'ai encore ma Turbo Moteur. J'ai perdu la télécommande et la batterie rentre plus dans son boîtier, mais tu peux encore la rouler à la main en faisant vroum).


Sept ans : La cassette du Roi Lion, Le CD du Roi Lion, un pyjama Roi Lion, un cahier Roi Lion, une BD Roi Lion, un puzzle Roi Lion, des lunettes Roi Lion (ah merde je voyais encore bien à cette époque). Et aussi, j'aimerais bien des nouveaux amis qui vivent dans ma tête, je commence à me lasser de ceux-là.


(La classe américaine)

Huit ans :Un poney. Ou un mouton, ou une vache. Enfin un truc, quoi, maman, faut bien que je m'entraîne à être vétérinaire ! Non ? Tant pis, je retente le chien, peut-être que la culpabilité post-divorce va marcher. Elle a marché, mais pas dans le bon sens. J'ai eu un autre chat, qui a attendu deux mois avant de fuguer cette fois-ci.


Neuf ans : Des encyclopédies, des dictionnaires, des livres sur les dinosaures, les planètes, la formation de la Terre, la voie lactée, et Proxima du Centaure. Je voulais être astronome. j'avais même fabriqué (avec l'aide de mon grand cousin) un appareil à la technologie très poussée (il était en bois, quoi) pour me permettre de communiquer avec les extraterrestres. Je passais les nuits d'été dans le jardin, avec mon sac de couchage, en attendant qu'ils essayent d'entrer en contact avec moi, et je leur adressais des signaux lumineux avec ma lampe de poche. (Quand j'ai appris, des années plus tard, que la lumière met plusieurs années pour voyager à travers la galaxie, j'avoue, j'ai eu un sursaut d'espoir).


("Elle n'est pas folle ! Elle est ... différente")

Dix ans : Du chocolat, et la permission de dix heures et demie, et le droit de regarder les films interdits aux moins de douze ans.


Onze ans : Exterminer l'humanité, c'est possible ? Bon. Juste la belle-mère alors ?


Douze ans : Un portable, allez quoi, steuplaît, toutes mes copines en ont un. C'est trop nul, j'en ai marre, j'ai trop pas de chance, relou, pourquoi on est pas riches, les parents d'Audrey ils ont une télé dans chaque pièce de la maison pourquoi je peux pas aller vivre avec eux, je vous déteste tous.


Treize ans : Encore un portable, vu que j'en ai pas eu l'an dernier. Et puis une place pour le concert de Sniper à Paris, vu que celui de Mulhouse a été annulé, grave relou, sa mère, bande de bâtards de racistes de droite.


("Koman y fon tro chié lé adult" "Oué grav lol ptdr")

Quatorze ans : un cadenas pour mon journal intime, et une opération de chirurgie esthétique parce que je suis trop moche, je veux tout changer. Mon nez est gros mes cheveux sont gras j'ai des lunettes et du bide j'ai les fesses molles mes oreilles sont anormalement pas parallèles et mon gros orteil gauche est plus gros que le droit, je suis difforme, je suis un monstre, je suis Elephant Man, la vie est nulle et moche, je vais me suicider aux granules d'Arnica.


Quinze ans : Un poster du Seigneur des Anneaux. Le DVD du Seigneur des Anneaux. Un voyage en Nouvelle-Zélande. Quoi c'est trop cher ? Je m'en fous, un voyage où tu veux, même en Allemagne, du moment que je reste pas avec cette famille de merde, connards de capitalistes. Je vais fuguer avec Carole, on se nourrira que de Kinder Bueno et de M&M's et on ira à Los Angeles pour traquer Orlando Bloom, parce que lui au moins il nous comprend.


Seize ans : Des films de Tarantino, un rasoir comme dans Kill Bill Volume Deux, trouver un copain (sans avoir à recourir au sus-mentionné rasoir).


Dix-sept ans : Des carnets pour noter les conneries de Sarah, des Kinder Schoko-Bons, plein de places de ciné, plein de B.O. de films, un poster de James Dean, un caméscope pour pouvoir tourner mes propres films et devenir une grande artiste. (J'ai tourné un film avec une caméra empruntée. Vous pouvez demander à Sarah ce que ça a donné, c'était mon actrice principale. On va dire qu'au moins on s'est bien marrées en tournant.)


Dix-huit ans : Des voyages dans le monde entier, des copines de fac, que Professeur Flaxou ne me quitte pas avant au moins trente ou quarante ans.


Dix-neuf ans : Un ordinateur portable, un studio à Strasbourg pour arrêter de faire l'aller-retour en train, des cadres à photo pour faire ma déco, un poster du Mordor, un abonnement à L'UGC (et si on pouvait faire un abonnement au pop-corn ce serait bien aussi).


Vingt ans : Un ukulélé pour jouer comme Julia Nunes (en un an, j'ai appris à faire "La" et "Si dièse", on s'approche) , un chapeau d'Indiana Jones, une combinaison qui me protégerait des morsures de zombies, une épée anti-zombies, un fusil à pompe.


(Bon, j'ai au moins le chapeau.)

Vingt-et-un ans : J'aurais aimé que plus de gens viennent à mon anniversaire. Mais en même temps, si c'est pour les quitter, autant qu'il y en ait peu. Et j'ai passé une soirée comme j'en avais pas eu depuis longtemps, ce matin j'ai encore mal au ventre d'avoir trop ri. J'espère que Fla m'attendra et qu'il me manquera pas trop. J'espère que j'arriverai à commencer mes phrases sans "Un jour avec ma copine Sarah, on a fait..." Je voudrais un Rubik Cube et un jeu de Tétris, je voudrais un nouveau tapis de souris et qu'on me trouve un Carambar Grenadine quelque part. Je voudrais des vacances à Moscou avec Manon, et des élèves gentils à Kettering. Je voudrais du beurre de cacahuète et des crêpes au Nutella, je voudrais des bottes en caoutchouc. Je voudrais une grosse valise pour emporter avec moi tous les petits morceaux de ma vie et me recréer une maison, les pieds dans la flotte.

Je voudrais un imperméable pour le coeur.




PS :
"Quoi, vous savez pas qu'il faut chanter deux fois "Happy Birthday" pour enlever tous les microbes ?"

C'est vendredi, c'est cookie


(Bonjour, j'aime faire la cuisine en robe du soir sans tablier)



L'autre soir je voulais faire des cookies dans le nouveau four.

L'ancien four, il mettait environ une heure et demie pour décongeler du pain, cinq heures pour cuire une quiche, un jour on a mis un rôti dedans et il s'est suicidé direct. Donc là, avoir un four qui fait de la vraie chaleur, c'est un peu...nouveau.


Mes cookies se sont retrouvés crus en dessous et brûlés au-dessus. Donc ma maman m'a dit de les retourner pour au moins faire cuire le dessous. Alors j'ai brûlé le dessous aussi (tant qu'à faire).


Il restait donc de mes cookies quelques miettes mangeables, au milieu, en grattant tout le brûlé.

(Faut pas manger le brûlé parce que ça donne le cancer. Faut pas non plus manger du saumon, ou se mettre du déodorant, ou mettre son portable dans sa poche, ou téléphoner dans une voiture, ou cuisiner dans une vieille casserole, ou s'exposer au soleil, ou respirer trop fort.)


Mais faut croire que quelques miettes de brûlé s'étaient glissées dans les cookies que Sarah et moi, on a mangés, et faut croire que ces parcelles de nécrose alimentaire ont attaqué direct nos cellules du cerveau pour les détruire une par une à la vitesse de la lumière.


C'est un peu la seule excuse que j'aie trouvée pour la vidéo qu'on a commise.


A partir de maintenant, ce sera "Friends do not let friends blog while being eaten away by charred pieces of cookies".




(Cliquez sur le titre !)

dimanche 6 septembre 2009

la perle du mois !


Gagnant : Professeur Flaxou (pour changer)


17) - A mon avis il a des poils que depuis qu'il sort avec Sarah.
- Pourquoi ? C'est contagieux les portugais ?


1) "C'est comme le sorcier, là...qui vit chez les Russes...Raspoutine !" Sarah

2) "Chez Picard ils font pas grand-chose de frais. A part les surgelés" moi

3) "Si on a un enfant, on pourra l'appeler Hippie ? Comme ça on pourra lui dire va te laver, Hippie !" Flavien

4) "Le slogan "louer c'est rester libre" ils devraient en faire des T-Shirts pour les prostituées"


5) "Tu m'as épuisé. Tu es une épuisette."


6) "Sunday with a flu c'est un dimanche où tu vois trouble ?"



7) - Eh Fla ! Mes yeux sont là-haut !
- Oui, mais ils sont moins bien.

8) - La Tamise c'est censée être une des rivières les plus propres d'Europe, mais on dirait pas.
- En même temps regarde les autres rivières : les usines chimiques sur le Rhin, les élevages de porcs sur la Seine...et je parle pas de Paris, qui est aussi un élevage de porcs à lui tout seul !

9) - Y'a pas deux L à "poule".
- Ben comment elles font pour voler avec une seule L ?


10) - Mon gâteau il est non comestible. (Flo)
- CTB
- ...Faudrait que je l'offre à quelqu'un.

11) - Fais voir ta tête avec les lunettes 3D.
- Mais ça changera rien ! Dans la vie on est déjà en 3D ! Elle est bête !


12) - C'est énorme !
- CMB.
- Tiens, ça faisait longtemps.
- CMB DTC.

13) - Tu sens bizarre.
- C'est "rosé", par Chanel.

14) - Ouah y'a des lézards !
- Un peu de respect ma chérie, on dit des beaux-arts !

15) - J'aimais pas embrasser mon arrière-grand-mère, parce qu'elle piquait un peu, et puis qu'elle était toute molle...
- Comme toi !

16) - J'aurais dû jeter ma culotte aux Scorpions !
- Bah. La seule chose qu'ils auraient pu en faire, c'est un parachute.

18) - C'est quoi un sophiste ?
- C'est un mec qui a eu beaucoup de malheurs.

19) - Les arbres ça me donne envie de pisser.
- Chez Sarah ils mettaient du soufre sur le sapin de Noël, juste pour être sûrs.

20) - Un jour Fla quand il était petit il a mangé son caca.
- Et depuis, il pue de la gueule.

21) - J'ai des problèmes de coordination.
- Tu n'es donc pas une conjonction.