jeudi 27 octobre 2011

la revue de presse



Donc je suis abonnée au Monde.

Pas au monde dans le sens de la planète (je suis déjà abonnée à la planète - on appelle ça l'Internet) mais au Monde dans le sens du journal.

J'ai pris l'abonnement parce que, depuis que je suis en relations internationales intergalactiques, je me suis rendue compte que, pour me tenir au courant de l'actualité, le Zapping ne suffit plus.

(Je le regarde quand même, sauf que maintenant, tous les jours, je dis "Ah je l'savais! C'était dans le Monde".)

(Sauf le dimanche. Tu veux pas non plus que je lise le Monde un dimanche quand même?)

Donc c'est cool, ça fait un an que je me nique les yeux à lire leur écriture minuscule, et je suis devenue une pro de l'origami à force de plier leurs pages gigantesques dans tous les sens pour pouvoir lire dans des endroits à espace réduits (le train, le tram, le bus, mon bureau, les toilettes de l'ITI-RI).

Bon, en vrai, je le lis pas tous les jours (par contre je fais leur sudokus du diable tous les jours, même ceux en mode Expert - avec une majuscule - sur lesquels je passe tout mon samedi et que je finis jamais). Et des fois, j'avoue, je lis pas les articles en entier.

- "La zone Euro sur l'autoroute de la récession". Ok, ben on va dire que j'ai compris.

Ok, j'avoue. Je zappe systématiquement les pages "Économie".

Sérieusement, tu connais pas ta douleur concernant les pages "Économie". Ils font rien qu'à parler de patrons qui partent à la retraite.

- "Le conseil d'administration de Groupama a évincé, lundi 24 octobre, le directeur général, Jean Azéma?" Ouah dis donc! Je sais pas si je vais pouvoir dormir cette nuit!

C'est bien la peine d'écrire une page A2 en caractères 6 pour ce genre de nouvelles. Nous en 2009 on a changé de directeur à l'Université de Strasbourg, et là, bizarrement, le Monde il est pas venu se la ramener. Et pourtant, c'était pareil que pour Groupama : tout le monde s'en foutait.

Mais le Monde, ils ont des dommages psychologiques à cause des changements de patrons, parce qu'ils ont changé le leur récemment. Maintenant, c'est un businessman pur et dur. Et ils font genre "non, je n'ai pas changé, et toi non plus tu n'as pas changé". Mais tu parles, on voit bien que c'est des conneries, nous, les lecteurs fidèles depuis quinze... mois.

En fait, la différence majeure, c'est qu'avant, je sentais pas que le Monde était un journal de riches hommes blancs quinquagénaires. Maintenant, si.

Avant, les pubs du Monde, ça se classait en trois catégories :

- les pubs pour des romans intellos (français), des films d'art et d'essai (français), ou des CD de jazz
- les pubs pour des émissions de France Inter, France Culture, France Info, France Musique
- les pubs pour le Monde lui-même (mise en abyme level 50!)

Maintenant, niveau pub, y'a à boire et à manger, dans le Monde. Et soudainement, j'ai l'impression que ce n'est plus un journal adapté à mon âge, mon sexe, ou mon niveau social.

Parce qu'avant, les livres ou les CD, je pouvais les acheter. Mais maintenant, la nouvelle BMW hybride break avec sièges chauffants et intérieur en ronce de noyer, tu penses que je peux me la payer? Tu penses que je vivrais à deux dans un trente mètres carrés si je pouvais me la payer, la nouvelle BMW hybride break avec sièges chauffants et intérieur en ronce de noyer? Hein? Connard.

(Au fait, les pubs ciblées "femme", c'est pas mieux. C'est des diamants Cartier ou rien, mâdâme.)

Le grand mystère, c'est que le Monde, c'est pas tellement cher, en fait. Ok, c'est 17 euros par mois, et si mes parents me payaient pas l'abonnement, je devrais sûrement arrêter d'acheter de la viande. Mais quand même, pour 17 euros par mois, ils t'arnaquent pas. T'as un pavé de 30 pages tous les jours, même le dimanche, et des suppléments thématiques quasiment tous les jours aussi. Donc finalement, c'est pas tellement cher.

Alors pourquoi? Pourquoi est-ce qu'ils partent du principe que tous leurs lecteurs sont des chefs d'entreprise?

Et attention, le journal en soi, c'est rien. Quand ils sortent l'artillerie lourde, c'est pour le Magazine.

Pour t'introduire la chose, le magazine du Monde, c'est un peu l'anti-LOL. C'est un pavé de 100 pages par semaine qui traite des sujets qui étaient trop longs pour seulement en faire deux pages par jour. (Du genre les élections en Tunisie, ou encore la crise de l'Euro, oh là là qu'est-ce qu'on se marre.) 

Donc en fait, ça renie entièrement la conception du magazine : un truc léger, pas prise de tête, avec plein de photos, et des interviews de stars.

La seule chose qui reste fidèle au concept du magazine, c'est les pubs. Sauf que là, encore une fois, c'est des pubs qui sont pas pour le commun des mortels. Je sais même pas pour qui elles sont, honnêtement. Je sais même pas s'il y a des gens sur cette terre qui ont assez d'argent à mettre dans les objets qu'ils essayent de te vendre.


Bon, déjà, tout est moche. Regarde-moi cette table de petit déjeuner, c'est affreux! C'est quoi cet horrible coquetier, tu l'as volé chez Baba Yaga? Et cette plaque de marbre, c'est sinistre!

Et d'abord, QUI utilise des plaques de marbre pour prendre son p'tit déj? Tu peux pas manger tes Cheerios devant ta télé, en tenant ton bol sous ton menton, comme tout le monde? Non, monsieur peut rien faire comme tout le monde.

Alors bon, toi t'es une personne normale, tu vois ces mochetés, tu te dis "Ouais, il les a trouvées à Casa, c'est déjà bien cher pour ce que c'est, ils vont encore réussir à te faire payer 15 Euros pour un coquetier qui en vaut 2."

Ah mais non! Non non non! Pour avoir l'ultime privilège de mettre la main sur ce coquetier repoussant, il faut débourser QUARANTE EUROS! Pour un COQUETIER!

(Sachant que moi, je mange des oeufs à la coque tous les huit mille ans, et que j'ai gardé mon coquetier en forme de Pinocchio que ma mère m'a offert quand j'avais cinq ans. Et pourquoi pas? Moi j'ai grandi, mes oeufs, non. Alors ce n'est que justice.)

En fait, avec le magazine du Monde, tu peux t'amuser à jouer au Juste Prix. Il faut faire la différence entre ce que toi tu payerais pour la chose et le vrai prix de la chose, et avec la différence, tu vois à quoi ça tient d'être cadre méga-supérieur (ou patron du FMI, ou dictateur de l'Angola, ou Bill Gates):

- Attention, prochain objet : un verre à eau avec son dessous de verre!
- Cinq euros?
- Non, perdu, c'était 100 euros!
- Ah merde, pas loin!

Donc, voilà, on a compris ce que c'est que d'être riche : tu possèdes les mêmes objets que les pauvres, mais tu les payes DEUX MILLE POUR CENT PLUS CHER parce que c'est designé par Karl Lagerfeld. (Ben moi, mes verres à eau, ils sont designés par un mec de chez Leclerc, et laisse-moi te dire qu'ils sont autrement plus funky.)

Donc en fait, le but de ce magazine, c'est de te faire acheter des choses moches et inutiles pour très très cher. C'est un sacré challenge. Surtout quand tu vois les objets qu'ils ont choisi.


Excuse-moi, pardon, qu'est-ce que c'est que ce truc? Un "distributeur de vin en verre soufflé"? Non, je ne crois pas, non.

C'est une bite en verre, mon vieux! Parfaitement, tu viens de payer 480 Euros pour décorer ton salon avec une bite en verre qui distribue du vin! Félicitations.

Et c'est pas beaucoup mieux du côté de chez mâdâme.

Oui, c'est un peu sexiste comme disposition : Monsieur boit du vin dans sa bite en verre tandis que Mâdâme se prépare pour la soirée dans son fauteuil en poils de yéti.

 

Bon, alors, plusieurs choses viennent à l'esprit ici :

Numéro 1 : Cette assiette à pois est la seule jolie chose que j'aie vue depuis le début du magazine, mais comme elle coûte 154 Euros PIÈCE, je pense que je vais m'abstenir, et plutôt payer 40% de mon loyer. En plus elle a pas l'air solide du tout, puisqu'elle est faite en "laque de farine" (QUOI??) et "poudre de bois raffinée vernie". Donc en fait, t'es en train de me dire que c'est une assiette en poudre. Comment ça marche, je la fabrique moi-même? Je verse de l'eau sur ma poudre à 154 Euros et je dois modeler moi-même mon assiette, c'est ça? (Connard de designer.)

Numéro 2 : Il n'y a pas de prix pour ce SUBLIME miroir en papier mâché. (Sérieusement, en papier mâché? Mais en fait tu me vends que de la merde!) A la place c'est écrit "sur commande". Je sais pas pourquoi, mais ça me fait peur.

Numéro 3 : Ils ont vraiment envie qu'on achète ce combiné rouge. 


Donc je suis abonnée au magazine du Monde.

Mais quelquefois, je regrette LOL.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire