mardi 22 novembre 2011

Princesse Blam Blam

 (Fille à poil en début d'article! Par ici les visites!)

On le sait, sur ce blog, j'aime bien combattre les préjugés envers la gent féminine. 

(Peut-être parce que je fais des études sociales, peut-être parce que j'ai passé les 14 premières années de ma vie à être un garçon dans un corps de plus en plus fille, on ne le saura jamais.)

(Avoue que c'est autrement plus palpitant que d'habiller une connasse de poupée.)

Du coup, assez souvent, les poils de mes orteils se hérissent quand je vois certains clichés flagrants qui sont déballés sans aucune vergogne dans les médias, au vu et au su de tous. Ça peut être sur Internet, comme cet article d'une fille mi-femme, mi-serpillère, qui raconte comme c'est bien d'être enfin célibataire parce qu'on peut enfin voir ses amies, mettre les habits qu'on veut, et toutes les autres choses que son ex, le taliban, lui interdisait de faire. (Article d'ailleurs critiqué sur ce blog, qui pète un million de kilomètres plus haut que son cul, certes, mais qui n'a pas tort.)

Ou bien ça peut être lors de ma sortie bi-hebdomadaire dans la civilisation, quand je traverse la frontière pour aller faire mes courses pas cher en Allemagne, que je regarde par la fenêtre parce que j'ai gagné la bataille de "Naaaan pitiéééé c'est toi qui conduiiiis" avec Professeur Flaxou. (C'est pas de bol : d'habitude, dans un couple, y'en a au moins un des deux qui aime un peu conduire. Là, on en est réduits à faire "pierre-feuille-ciseaux-lézard-spock" pour dix minutes de route.) Et que, en laissant mon regard errer en direction des abribus, je croise des pubs du genre :



(Sérieusement, QUI décide de ce genre de pubs? Est-ce qu'il y a une seule femme présente aux réunions où on approuve ce genre de messages?)

(Notez aussi que la petite astérisque "Non mais en fait on préfère louer aux femmes, elles font moins d'accidents graves" a été rajoutée à la suite d'un tollé médiatique. Mais qu'ils ont quand même gardé leur visuel et leur petite phrase  bien misogyne trop rigolote, et que du coup, ça fait encore plus "Bon ça y est les pisseuses, vous êtes contentes? On l'a rajoutée votre phrase, maintenant arrêtez de nous casser les couilles et retournez dans la cuisine.")

Alors, quand j'ai croisé la dernière campagne de pub de Princesse Tam-Tam, j'ai pas pu m'en empêcher.

D'abord, un petit mot sur la marque : Princesse Tam-Tam fait des sous-vêtements, et est une marque connue pour s'adapter particulièrement aux petites poitrines, tout en les mettant en valeur. Donc, à la différence des Etam et autres Darjeeling, dans lesquels les bonnets A et B ont le choix entre des brassières Snoopy et des soutifs rembourrés avec quinze kilos de mousse, chez Princesse Tam-Tam, on peut trouver des soutiens-gorges sans coques et armatures, qui s'adaptent aux petits nichons, et qui sont sexy. A priori, un super message : on peut avoir une belle poitrine même si elle est petite, pas besoin de se cacher derrière des rembourrages pour être sexy, il suffit d'être naturelle. 

Alors j'avoue que je ne comprends pas. Je ne comprends pas ce qui a bien pu pousser cette boîte a sortir ce "mode d'emploi d'une pyjama-party" qui ramasse absolument TOUS les clichés possibles et imaginables sur le deuxième sexe.

T'es prêt? On commence le compte :


Ok. Donc la pyjama party est de retour. Ravie de le savoir.  

Personnellement, j'avais jamais vraiment arrêté de glander en pyjama avec des potes en mangeant de la glace et en téléchargeant tous les films chroniqués sur Nanarland. Mais a priori, maintenant, je vais pouvoir le faire la tête haute, en annonçant la couleur "oui j'organise des pyjama parties, parce que je suis une femme bien dans mes escarpins figure-toi". (Pour ma part, ce serait plutôt bien dans mes baskets Pink Floyd, et dans mes bottines à talons quand je sais que je vais pas devoir marcher trop loin, mais bon, je comprends que ça aurait été un peu long à écrire sur la pub.)

Bon, pour le moment, pas vraiment de cliché, à part le coup des escarpins, mais après tout, pourquoi pas. Quasiment toutes les femmes que je connais mettent des escarpins à un moment ou à un autre de leur vie, tout de même.

Passons à la première règle du guide : tu vas voir, ça se dégrade déjà.


Déjà là, je me pose plusieurs questions. Est-ce que le but de cette soirée est vraiment de s'amuser?  

Parce que bon, d'abord, on vient d'exclure arbitrairement tous les mâles qu'on connaît, juste sous prétexte que les pyjama parties, c'est pas pour les garçons. Alors que tout le monde sait que les soirées entre potes sont toujours encore plus marrantes quand la foule est mixte. (Et puis, quand même, on pourrait voir des mecs en pyjama. Alors que je ne suis même pas sûre que ça existe, des pyjamas pour hommes, à part dans les films américains où tout le monde dort habillé des pieds à la tête.) 

Secundo, on invite des filles qu'on connaît pas trop (jusqu'ici pourquoi pas) mais pas pour s'amuser avec elles! Non non! Pour "tester leur motivation et leur loyauté"! 

Mais quoi??! Mais tu vas leur demander de faire quoi, à ces pauvres nanas? Sérieusement, ce genre de texte colle mieux à une escouade d'entraînement pour commandos-suicides qu'à une pyjama party.

Tertio, on invite ses ennemies? Ah ouais d'accord, donc tu veux pas du tout qu'on passe une bonne soirée, quoi. 

Et puis, c'est quoi une "bonne" ennemie? C'est une meuf que tu détestes, mais que tu fais semblant d'aimer, et dès qu'elle se casse, tu raconte des horreurs dans son dos, c'est ça? (Donc t'es un peu une connasse, en fait.) Et donc là, plusieurs solutions. Soit la nana est au courant que tu es une grosse hypocrite, donc elle ne vient pas à ta soirée. Et si elle vient, ça veut dire que :

- Soit elle est au courant que tu es une grosse hypocrite, mais elle fait pareil, donc elle vient pour pouvoir ensuite raconter à ses copines qu'elle était à ta fête et que c'était trop pourri, nan mais grave-an.
- Soit elle n'est au courant de rien, et elle vient parce qu'elle croit que vous êtes des vraies copines.

Dans les deux cas, pourquoi est-ce que tu as envie qu'elle soit là, puisque tu l'aimes pas?!

Attention, on passe à la suite, ça se corse.


Alors là, c'est un peu le ratissage des clichés avec le plus grand râteau du monde qui aurait été conçu spécialement à cet effet. 

- Hi hi hi! Qu'est-ce qu'on s'amuse à notre soirée filles! C'est vraiment trop cool de raconter des potins sur les gens qu'on connaît!
- Moi j'ai encore mieux! On pourrait parler des garçons, des mecs, ou encore des hommes, ou encore des mâles, ou encore de la gent masculine! Ou encore on pourrait faire des longues listes de synonymes sans raison particulière!

Mais sinon, c'est pas possible de parler de choses intéressantes? 
- Bien sûr! Par exemple, on peut parler de films! Par contre, je ne regarde que des films de réalisatrices arty. Et je connais qu'une seule réalisatrice, en fait. Mais c'est pas grave, on peut parler de sa vie privée plutôt que des ses films, c'est teeeeellement plus intéressant! Hi hi hi! Girl power!
- Oui, ou sinon, on peut parler de livres! Mais je lis que des livres d'écrivaines connues. En fait, je lis que du Amélie Nothomb. Hi hi! Girl Power!

Une soirée passionnante en perspective.

Ah, pardon, j'oubliais : on a le droit de parler de la paix dans le monde, MAIS pas plus d'un quart d'heure. Comme ça, on est bien sûres de pouvoir s'en tenir à :

- Vous avez vu tous ces petits africains qui meurent de faim à cause de la guerre? Ça me révolte! Ils sont si mignons!
- Oui, la guerre, c'est vraiment pas bien, ouh là là!
- C'est bien des trucs d'homme, ça, la guerre. Si c'étaient des femmes au pouvoir, y'aurait plus jamais la guerre, et tout le monde s'aimerait, et ferait plein d'enfants tout mignons.
- Youpi!

La suite :


Bon, là, logique, on place nos produits, parce que bon, tu crois pas qu'on te déballait nos clichés juste pour te vendre du rêve quand même?

Par contre, ensuite, on tape dans du lourd.


Pardon pardon, mais là j'ai des doutes : à quel public est destiné ce guide? Est-ce qu'on parle bien de jeunes femmes bien dans leurs escarpins? Parce qu'on dirait plutôt la pyjama party du fan-club de Justin Bieber, là.

Sérieusement, est-ce qu'on est obligées d'adoooooorer les chansons avec tellement de O? 

Est-ce qu'on a vraiment envie se réunir en groupe avec des filles qu'on connaît à peine et des filles qu'on peut pas blairer, et ensuite d'utiliser notre brosse à cheveux comme micro pendant qu'on hurle sur du Lara Fabian?

Et pour info, si j'amenais mon titre préféré de l'époque lycée, ce serait "Gravé dans la roche" des Sniper (oui, je sais, je sais), et micro-brosse à cheveux ou pas micro-brosse à cheveux, je pense que ce serait difficile de chanter dessus.

Tu penses que c'est la fin des clichés? Tu déconnes ou quoi, y'en a encore plein!


Bon, je commence vraiment à croire qu'on nous prend pour des connes.

Autant je préférerais me jeter du balcon que de regarder un film de Lars Von Trier, autant je pense qu'il existe un juste milieu entre le maître du dogma qui fait des films parfaitement austères et complètement rédhibitoires pour ceux qui ne se branlent pas sur les Cahiers du Cinéma, et les comédies romantiques à deux balles au scénario vide, aux acteurs absents, aux dialogues creux, à la morale douteuse, et d'un politiquement correct affligeant. 

Bon, j'avoue, la Princesse a pioché dans le haut de gamme de la romance sirupeuse. Mais quand même. On peut très bien se faire une soirée pyjama sur des films d'horreur, ou sur le Seigneur des Anneaux. Qui a dit que rassemblement de filles = rassemblement d’œstrogènes sans cervelle?

Ensuite, ça se calme un peu.

Voilà, juste un petit cliché :

- Hi hi, nous les filles, on a des gros sacs plein de choses mystérieuses et indispensables à notre survie, que les hommes ne pourront jamais comprendre!

On a aussi un petit :

- Hi hi, nous les filles, on est tellement tête en l'air! On dit toujours qu'on va envoyer les photos, et on le fait jamais! On devait sûrement être occupées à se vernir les ongles!

J'adore aussi le langage employé : "les 2011-girls" 

- Nan mais tu vois-an, c'est parce que parler French, c'est SO maintream quoi, j'veux dire, whatever, leave drop. Leave drop ça veut dire "laisse tomber" en fait, c'est pour ça. Ouais. Je l'ai appris pendant mon week-end shopping à New York avec ma bestah. I'm SO a New-Yorker, quoi-an!

Tu penses que ce paragraphe n'était pas assez cliché? Rassure-toi, la Princesse envoie du renfort :


Alors ça, c'est génial : donc devant les mecs, on doit manger que de la salade, parce que sinon on aura l'air d'une grosse goinfre qui ne pense pas à sa ligne (et il ne faut jamais effrayer le mâle en lui faisant croire que la fille n'est pas une créature frêle et diaphane).

Par contre, dès qu'on est entre filles, alors là on s'en met plein la gueule! Et dès qu'on sera devant un garçon, on dira :

- Nan mais COMMENT tu peux manger de la pizza ET des gâteaux? Sérieux, tellement de gras, moi, ça me ferait vomir-an!

D'ailleurs, je voudrais juste faire remarquer un truc : la Princesse est en train de nous conseiller de s'empiffrer de junk-food devant les yeux de nos pires ennemies, puis de prendre des photos du fait, puis d'envoyer les photos à ladites ennemies? Et y'a rien dans ce plan qui risque de mal tourner?

(Ah oui, et puis : des cupcakes? Parisienne much?)

Et avec la suite, on touche au cœur de la pyjama party :


Donc on invite nos copines à la maison, on se met en pyjama, et on se met du maquillage? Encore une fois, est-ce qu'on n'est pas en train de se tromper de cible? Je pense que ça serait peut-être plus approprié aux lectrices de "Julie".

C'est d'autant plus flagrant quand on lit la suite.


Vraiment, Princesse? T'es au courant qu'on n'a plus quinze ans? 

Alors pourquoi tu nous propose de faire des BATAILLES DE POLOCHON? Est-ce que ça n'a vraiment rien à voir avec le fait que la bataille de polochon en sous-vêtements est le fantasme masculin le plus récurrent de la culture populaire? (Princesse, tu serais pas un Prince, des fois?)

Bon, et puis ensuite : je croyais qu'on échapperait au cliché des filles qui ne peuvent pas faire une soirée entre elles sans ouvrir un magazine people et critiquer toutes les stars qui sont dedans, mais visiblement, on n'échappe pas à son destin. (Si déjà, je leur conseille LOL, au moins on rigolera bien.)

Et puis, enfin :

- Hi hi hi! Nous les filles, on est des petits êtres sensibles et d'humeur changeante! On pleure tout le temps et sans aucune raison! D'ailleurs, là, après la bagarre de polochons, on a toutes regardé "Love Actually", et c'était tellement beau quand  le mec de Walking Dead le meilleur ami du gars a dit à Keira Knightley qu'il l'aime, mais il ne peut rien faire parce qu'elle est avec son meilleur ami! Oh là là, rien que d'en parler, j'en pleure encore! Quelle pute cette Keira Knightley, vraiment! Avec son corps parfait, là, ça m'énerve! Repasse-moi des cupcakes.

(Bon, c'est vrai qu'elle est énervante, Keira Knightley. Qui porte des pulls sans manches en décembre?)

Et là, c'est la fin. 

Tu es désormais en possession du guide parfait pour avoir la soirée la plus cliché du monde. 

Et pourtant, la Princesse n'a pas encore tout dit. 

Non, elle veut encore te faire la morale avant que tu lances ta super pyjama party-salon de beauté-gossip-people-comédies romantiques-cupcakes.


Alors là, pris hors contexte, je saluerais cette bonne intention de rappeler à tous que les droits de la femme sont encore gravement en danger dans de nombreux pays du monde.

Mais franchement, venant de la Princesse, je pense plutôt : Hôpital, Charité? 

Tu viens d'empiler tous les clichés les plus rances et les plus dégradants sur les femmes pendant deux pages, en nous expliquant qu'on était des petites créatures fragiles et sensibles, qu'on était hypocrites, cul-cul la praline, oublieuses, infantiles, sectaires, superficielles, et, surtout, complètement connes. 

Et maintenant, tu viens nous parler du prix Simone de Beauvoir? 

Mais les meufs que tu viens de nous décrire, elles ont le Q.I. d'un écureuil, tu crois vraiment qu'elles en ont quelque chose à carrer du prix Simone de Beauvoir? C'est même pas sûr qu'elles savent lire!

Alors, Princesse Tam-Tam, j'ai un peu de lecture pour toi : l'enquête Mediaprism sur les stéréotypes des hommes et des femmes. Tu ferais bien de t'en inspirer pour ta prochaine campagne de pub.

Cordialement, une fille qui n'achètera jamais ta marque, parce qu'elle refuse d'être réduite à un stéréotype ambulant.

Et aussi parce qu'elle a des gros nichons.

3 commentaires:

  1. J'en reviens pas o_O
    (Et c'est parce que ce sont des scans et pas du texte recopié que j'admets que cette pub est réelle, parce que sinon je ne m'en serais jamais doutée).
    Honnêtement, ça ne donne pas du tout envie ni d'acheter leur marque, ni de faire une pyjama party >.< Bwark, ça me fait mal au coeur que des gens écrivent ça et comme ça T_T

    (Et sinon : la dernière fois que tu as écrit "Simone de Beauvoir", tu as oublié le U :p Juste pour que ton article soit parfait :D)

    RépondreSupprimer
  2. Muhahahaha jsui trop dèg!j'ai acheté mon dernier soutif chez Tam Tam...:P

    RépondreSupprimer
  3. Incroyable de cumuler autant de clichés sur une simple pub ! Vais en rajouter un : C'est peut-être un stagiaire qui a fait la pub ?

    RépondreSupprimer