mercredi 24 août 2011

Un jour je serai le meilleur dresseur, je me battrai sans répit



L'autre jour j'ai vu sur Internet qu'il existait désormais 649 Pokémon.

Eh ben mon vieux, ça nous rajeunit pas.

Moi, quand je pense à Pokémon, je pense aux 150 premiers, à l'époque où ils étaient encore mignons et qu'ils ressemblaient encore vaguement à des animaux du vrai monde, et que les concepteurs japonais n'avaient pas encore trop fait bouillir leur cerveau dans les radiations.

(Non mais c'est quoi cette horreur? On dirait une tumeur de l'estomac! Je sais même pas dans quel sens on est censé le regarder!)

Tu sais, à la grande époque de la bonne grosse Game Boy grise, qui pesait 3 kilos et qui nécessitait 4 piles. Apparemment y'a encore des tarés qui sont nostalgiques de la Game Boy originelle : c'est vrai quoi, rien à voir avec les petites DS de tapettes d'aujourd'hui! Fi des écrans tactiles et autres boutons L et R! Non, là c'était une vraie console de bonhomme, tu vois! Deux boutons et démerde-toi! Et quand il fait nuit, eh ben tu t'arrêtes de jouer mon vieux, zéro rétro-éclairage! (Encore que, pour les nantis, il y avait le formidable gagdet qui permettait de fixer une lampe sur ta Game Boy.)

 (Un concentré de technologie à son apogée.)

On parle aussi de l'engin avec deux heures trente d'autonomie! Tu sais, la douce époque où tu partais en vacances avec un sac de piles AA. Ou alors, encore mieux, t'avais des piles RECHARGEABLES pour gagner de la place dans ton sac! (Sauf qu'elles mettaient 24 heures à charger, et que le chargeur faisait la taille de la principauté d'Andorre, mais bon, on va pas chipoter.)

Moi, je ne regrette absolument pas la vieille Game Boy, mais je regrette les tous premiers jeux Pokémon. Ceux avec des starters qui avaient la classe même une fois qu'ils étaient évolués.

 (Là, c'est classe, ça fait "monstres mythiques". Même si Florizarre ressemble à Jabba le Hutt en vert avec une orchidée sur le dos, c'est quand même plutôt cool.)
(Là, ça fait "expérimentations ratées du Dr Frankenstein". Sérieusement, c'est quoi cet espèce de poulet humanoïde au milieu? C'est le Pokémon le moins classe du monde! On dirait une drag queen déguisée en chevalier du Zodiaque.)

Mais bon, au moins le jeu est resté le même à travers toutes les générations. Tu pars toujours d'un bled paumé pour aller faire le tour de ton pays à pied (et, à partir du milieu du jeu, à bicyclette!), y'a toujours des endroits que tu ne peux visiter qu'en surfant, faut toujours battre les champions d'arène et une ligue à la fin, y'a toujours un casino pour les fois où tu veux faire des mini-jeux, et t'as toujours LE centre commercial de la mort (d'au moins CINQ ÉTAGES!) au milieu du jeu (où tu peux ENFIN acheter des limonades).

Par contre, dans les nouvelles versions, ils ont mis des améliorations cool par rapport aux premiers jeux. 

D'abord, t'as la barre d'expérience pendant le combat (ça évite de devoir toujours aller dans le menu et de regarder "points d'exp. nécessaires avant le prochain niveau", comme c'était chiant ça). Et le multi exp. s'obtient au début du jeu, et sans rien, c'est juste un pékin qui te le fil comme ça, gratos. Alors que dans le temps il fallait avoir attrapé 50 Pokémon pour l'avoir, et moi je l'avais jamais, parce que j'attrapais que les Pokémon avec lesquels je comptais faire la Ligue, et les légendaires. (Je sais même pas pourquoi je m'emmerdais, d'ailleurs, avec les légendaires. Une heure et demie à essayer d'attraper Artikodin... pour ensuite le foutre dans une boîte PC et ne plus jamais y toucher.)

Et alors, l'amélioration qui change tout : les chaussures de sport qui te permettent de courir, et qu'on te donne au tout début du jeu. Eh ouais, plus besoin de te traîner à deux à l'heure à travers la forêt de Jade! Maintenant, on peut y aller au trot! 

(Notez quand même que les gens dans "Pokémon" NE SAVENT PAS COURIR s'ils ne possèdent pas de chaussures de sport. Genre tu peux pas courir pieds nus, non non non, il faut impérativement des baskets spécialisées dans la course. Pays de riches.)

Par contre, y'a des choses qui n'ont pas changé. Genre, tu rentres toujours dans les maisons des gens. 

J'ai toujours trouvé ça hallucinant. Tu te balades tranquille, tu arrives dans une ville, tu fais tes courses et tu vas au centre Pokémon, et ensuite TU RENTRES DANS LES MAISONS DES GENS. Et tu leur tapes la discute dans l'espoir qu'ils te filent des trucs. Et pire, tu fouilles dans leurs poubelles, des fois qu'ils auraient jeté une Super Ball (allez, déconne pas, on l'a tous fait).

Et les gens, ils sont pas surpris que tu rentres chez eux. Au contraire, ils kiffent te raconter leur vie. "Mon Roucool aime quand je lui gratouille la tête!" Ah bah écoute j'suis trop contente pour toi, vieux, ta vie a l'air passionnante. Et t'as même des lourdauds qui te prennent la tête pendant huit minutes (oui, oui, président du Fan Club Pokémon, c'est de toi que je parle! Aboule mon pass pour la bicyclette et ferme ta gueule!).

Sérieusement, essaye de mettre ce contexte dans la vie réelle. T'es chez toi, tu glandes sur ton PC, tranquille, et là, y'a un espèce de clochard qui rentre chez toi, qui MONTE DANS TA CHAMBRE, et qui te dit :

- Salut, je vais de ville en ville en dressant des animaux pour les faire combattre. Tu veux pas me donner une limonade?

Je sais pas toi, mais moi, j'appelle l'officier Jenny. (Bon, dans le jeu, je crois pas qu'elle existe. Ni elle, si ses 34 sœurs jumelles qui s'appellent toutes Jenny.) (Vous sentez pas comme une expérimentation génétique dans le coin?)

D'ailleurs, les officiers de sécurité sont un peu chelou, dans "Pokémon". Genre, les gardiens des parcs, quand tu vas leur parler le jour, ils te disent "Salut, belle journée, non?". Et si tu viens leur parler la nuit... ils te bastonnent. Ouais ouais. Sans autre forme de procès. Ah bravo les bavures policières, hein.

L'autre truc que j'ai jamais compris, c'est les buissons. Tant que tu n'as pas la technique pour les couper, tu peux pas les passer. Heu, excuse-moi, j'ai un Reptincel avec l'attaque "lance-flammes", et tu vas me dire que je pourrais pas CRAMER ce minuscule buisson rabougri? Non non, mieux vaut faire demi-tour. (Ça non plus, malheureusement, ça n'a pas changé dans les nouvelles versions.)

Et enfin, le dernier truc qui n'a pas changé, et qui ne changera jamais :


A CHAQUE FOIS.


Voilà, c'était juste un article pour le fun délire cool, parce que je suis en vacances, que je joue à la Game Boy, et que j'avais envie de partager ce grand moment.


(Et sinon, tu te souviens de l'époque où tu te faisais des amis en leur demandant "c'est quoi ton Pokémon préféré?" Eh ben je te le demande, là, maintenant. Fais-toi plaisir.)

samedi 20 août 2011

vacances




PS : Oui, dans la Provence sauvage, il n'y a pas de scanners.

mardi 2 août 2011

brève musicale


 Un jour il faudra qu'on m'explique comment Mickaël Miro a réussi à faire un disque.  

Il avait un oncle chez Universal, c'est pas possible autrement. 

Sérieusement, je pensais pas qu'on pouvait faire plus minimaliste que Grégoire en termes de paroles (toi, moi, elle, lui, seuls), mais là, ils jouent même plus dans la même ligue. C'est presque un concept à lui tout seul, Mickaël Miro. Comme l'art cubiste, ou les monochromes. C'est un monochrome de la musique. C'est le "carré blanc sur fond blanc" de la musique.

En fait, Mickaël Miro, c'est un mec qui a décidé de raconter sa vie dans une chanson, et à mi-chemin, il s'est rendu compte qu'il lui était jamais rien arrivé. Du coup il s'est dit qu'il allait chanter plus doucement, et répéter "l'horloge tourne et les minutes font des trucs" histoire de gonfler un peu le script. Mais en fait ça suffisait toujours pas! Le gars il a dû placer, non pas un, ni deux, mais HUIT refrains composés uniquement de "dam dam dé oh" ad nauseam !

Donc pour te résumer la chanson : c'est l'histoire d'un mec qui a 30 ans, et qui raconte sa vie. Ce qui lui est arrivé dans sa vie : sa copine a avorté et sa grand-mère est morte. Voilà. En trente ans, il lui est arrivé ça. 

Et après on s'étonne qu'il ait dû balancer l'histoire du tsunami qui n'a rien à faire là, juste pour faire ses deux minutes. Sérieusement, c'est quoi ce couplet? C'était juste pour dire "Eh tu sais quoi, quand y'a eu le tsunami en Thaïlande, ben je l'ai vu à la télé" ? Non parce que si c'est comme ça, fallait pas t'arrêter là, Mickaël. Fallait nous parler du 11 septembre, du séisme au Japon, de Haïti, des inondations au Pakistan. T'aurais eu au moins 3 minutes à ta chanson, là, c'était de l'or en barre!

En plus, c'est pas pour dire, mais il est pas un peu con, Mickaël Miro? 

Sérieusement écoute sa chanson deux minutes. Il lui faut un SMS pour comprendre qu'il est plus puceau? Genre pendant qu'il se tapait sa meuf, il était où? 

En plus t'imagines le SMS de sa nana : "Ah au fait Mickaël, t'avais l'air un peu te-bé, donc au cas où tu l'avais pas saisi plus tôt, je t'informe qu'on a fait l'amour. A+." Et le mec il le reçoit et il fait "AAAAAAAH c'était CAAAAA!"

Pareil, il lui faut 9 mois pour capter que sa copine a avorté. Genre elle lui dit qu'elle est enceinte, il lui dit "je veux pas d'enfant", elle avorte, et le crétin, il attend les neuf mois. Et au bout des neuf mois, il pousse un soupir de soulagement : ouf, l'avortement a bien marché! En fait, le mec, c'est le mari de Véronique Courjault : salut, ma meuf pourrait être enceinte de huit mois que je verrais rien du tout, du coup je compte les mois, c'est plus sûr comme technique.

Et puis je pense qu'il a pas tout bien compris pour sa mamie non plus. Écoute, Mickaël, tu n'es sûrement pas médecin (vu que déjà tu galérais à comprendre les histoires d'IVG), mais là, il faut que je t'informe : les coeurs ne se suicident pas. Les coeurs n'ont pas une volonté propre, Mickaël, c'est juste des organes. Soit ta mamie s'est suicidée, soit elle a fait une crise cardiaque, un des deux, mais dans aucun des cas ce n'était la faute du coeur, Mickaël.

Parce que bon, de toute évidence, la glose littéraire, c'est pas trop ton truc. Si tu passes une chanson à faire rimer à chaque fois "temps" avec "enfant" (sauf la dernière strophe, t'as mis "bilan", bravo, ta maman t'a acheté un dictionnaire des rimes?) c'est qu'il faut savoir oublier les métaphores, sous peine de passer pour un con. Oui, c'est ça, l'histoire du coeur qui se suicide, t'as l'air d'un con.

Donc, Mickaël Miro, voilà mon conseil : la prochaine fois, fais une chanson sur les fleurs, les chatons, le soleil ou les arbres, mais pitié, ne nous raconte plus jamais ta vie. Même si tu te mets à faire des trucs. On veut plus les entendre, tes histoires.

- Mais non, attendez! Je peux vous raconter comment une fois j'ai été à la Poste!
- Non, c'est fini Mickaël, il faut partir maintenant. 

Va donc t'enfermer dans un ascenseur avec Calogero. 


PS : Et arrête tes clips de manouche. Tu squattes les abribus pour rien.