vendredi 18 janvier 2013

Brève immobilière


(Voilà, et si vous pouviez juste signer et parapher avec votre sang, ce sera parfait.)


Et sinon, j'ai trouvé un boulot.

(Après deux semaines de recherche, j'ai trouvé un boulot! Nan mieux, après deux semaines de recherches, j'ai trouvé un CDI !!)

(Mais c'est de la folie mon petit monsieur!)

Professeur Flaxou n'a rien trouvé pour le moment, mais comme mon boulot est basé à Auckland, au moins, maintenant, on sait où chercher. Et ça veut aussi dire qu'on sait où on va habiter.

Finies, les auberges de jeunesse, les flaques de mouillé sur le sol de la salle de bains, la cuisine qui pue le poisson, les oreillers qui grattent, les chambres sans bureau :

- Mais où est-ce que je vais poser mon pécéééééé!

(C'était particulièrement dur pour Flaxou. Surtout qu'il a un tapis de souris d'1m50, ce qui n'arrange rien.)

(Et après on s'étonne qu'on était presque en excédent de bagages en arrivant ici. Mais apparemment, "si je ne peux pas amener mon clavier avec un million de boutons dessus, alors je n'ai plus de raison de VIVRE!".)

Donc, Flaxou et moi, on cherche un appartement à Auckland.

Enfin, l'idée de départ, c'était de se trouver un petit deux-pièces ou un grand studio, pour ranger nous deux, nos deux ordis, nos deux valises, et les 19 bouquins que j'ai achetés depuis que je suis ici.

(Je suis faible.)

Seulement, en Nouvelle-Zélande, les gens ne sont pas très portés sur le concept de vivre en appartement. (C'est un pays qui fait moitié la taille de la France, avec la population de la Bretagne. Autant te dire, Y'A DE LA PLACE.)

Du coup, les gens ont plutôt tendance à vivre dans des maisons individuelles, et les immeubles d'habitation (ils existent, même s'ils sont rares) se partagent en deux catégories :

1. Appart de bobo ultra-friqué, genre penthouse avec plancher en acajou, ouais je sais on pourrait se payer une maison avec un jardin mais c'est trop cool on vit dans un appartement comme les New-Yorkais dans les séries, han la classe!

2. TROUS. A. RATS.

J'exagère pas. J'ai pas besoin de grand-chose pour être heureuse dans un appartement. (Mon ancien studio à Strasbourg avait deux fenêtres, dont une qui ne fermait jamais, et un seul radiateur qui chauffait pas.)

Mais là.... mais là.

- Et donc voici la pièce principale, bon c'est à vous de la meubler hein, mais l'avantage c'est que vous faites ce que vous voulez, hi hi!
- Mais... c'est tout? Juste une pièce vide? Et la salle de bains?
- Oui, je vous ai pas dit? C'est génial! Vous partagez les toilettes, la douche, la cuisine et la salle à manger avec les autres locataires! Hi hi! C'est comme une grande famille!

Meuf, j'ai déménagé à l'autre bout du monde, t'as saisi mon amour de la vie de famille?

- Ouais. Donc en fait, on paye 200 dollars par semaine pour vivre en chambre de cité U.
- C'est ça! Ha vous verrez, c'est super, le partage et la communauté, tout ça.
- Ouais ouais, j'imagine bien.
-  Et en plus, vous aurez jamais besoin de nettoyer vos toilettes! Hi hi! Super! Cool! Fun!


Donc j'ai laissé tomber l'idée d'emménager dans un appartement.

Maintenant, avec Fla, on cherche plutôt à faire ce que les Kiwis appellent du flatting, c'est-à-dire de la coloc à plusieurs dans une maison.

Comme ici on trouve quasiment que des maisons, mais qu'elles sont à peu près au même prix qu'en France (cher), c'est une option très répandue chez les étudiants et les jeunes professionnels de 20-30 ans. Y'a même des familles qui font des coloc, avec des gamins et tout.

Donc, maintenant qu'on sait ce qu'on veut, il ne reste plus qu'à faire le tour des petites annonces.

Eh ben mon vieux, ça fait deux jours que je cherche, et j'ai déjà vu des trucs un peu effrayants.

Du genre, les gens dans une maison de ouf, mais qui mettent en ligne alternativement des images de leur maison et des images de ÇA :


Et qui ensuite indiquent dans l'annonce :


Cinq chihuahuas.

CINQ. CHIHUAHUAS.

Pas un petit chien énervant, débile et moche. Pas deux petits chiens énervants, débiles et moches.

CINQ! CHIHUAHUAS!


Ouais, donc on a pas encore trouvé, hein.

Ajoute à ça que, depuis que j'écume les petites annonces sur TradeMe (équivalent Kiwi du Bon Coin), j'ai appris à maîtriser pas mal d'acronymes qui peuvent rendre perplexe, du genre NS (Non-Smoker), NP (No Pets) ou le plus étrange GSOH (Good Sense of Humour - fallait y penser). 

Mais cette connaissance vernaculaire époustouflante ne m'a pas empêchée de rester de marbre quand j'ai reçu ce SMS en réponse à une demande de visite :


We just lvng pprm. Abs nd kathy.



Finalement, pas grâce à Internet (mais on peut plus compter sur personne dans ce monde ou quoi?) mais grâce à la combinaison de nos deux cerveaux de génie, à Flaxou et moi (et aussi un peu parce que j'ai lu Da Vinci Code), on a réussi à décoder le message.

Abs et Kathy, c'est les gens qui ont envoyé le message (Abs étant probablement un diminutif - de quoi? On sait pas). La phrase principale du message, on l'a décodée comme étant : "We're just living person per room" - sous-entendu, une personne par chambre, sous-entendu, on n'accepte pas les couples.

(Ce qui, on l'entend, est beaucoup plus logique qu'un simple "No couples sry" comme j'en reçois tous les jours. Mais bon.)

Tout ça pour dire qu'on n'est pas sortis de l'auberge.

Littéralement.

(Parce qu'on loge vraiment dans une auberge.)

(T'as compris ma blague?)

(Ha.)

3 commentaires:

  1. Ahahah ! Ma pauvre louloute ! même si ce n'est pas drôle ce que tu vis parce que je sais que ça peut paraître long, ton article m'a bien fait rire.

    Troooop bien pour ton boulot. Bravo

    RépondreSupprimer
  2. J'ai jamais laissé de message ici, mais je me lance parce que le mec a pour diminutif "abdos". Et ça, c'est trop beau.

    RépondreSupprimer